1 min de lecture Faits divers

Nord : comment les enquêteurs ont pu confondre le violeur en série présumé

ÉCLAIRAGE - Un homme d'une cinquantaine d'années a reconnu mercredi 28 février "une quarantaine" d'agressions sexuelles, dont la plus ancienne remonte à 1988. L'ouvrier nordiste a été mis en examen.

Un officier de police (illustration)
Un officier de police (illustration) Crédit : FRED TANNEAU / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et Olivier Boy

Le "violeur de la Sambre" est passé aux aveux. L'homme d'une cinquantaine d'années a été interpellé dans le Nord pour son implication dans de nombreuses affaires de viols en France non élucidées, mais aussi en Belgique. L'individu domicilié à Pont-sur-Sambre, près de Maubeuge, a reconnu ce mercredi 28 février une "une quarantaine" d'agressions sexuelles, après que son ADN a été identifiée dans une vingtaine d'affaires. L'ouvrier nordiste a été mis en examen, a annoncé le procureur de la République de Valenciennes.

C'est une énième affaire de viol, dans le courant du mois de février en Belgique, qui a permis de remonter la piste de ce père de famille de Pont-de-Sambre, dans le département du nord de la France. Les enquêteurs français sont prévenus de ce nouveau cas. C'est la Police judiciaire de Lille qui fait alors le rapprochement. Cette dernière croit reconnaître un mode opératoire qu'elle a observé sur une vingtaine de cas de viols en France. Des affaires qui sont toujours restées non-élucidées.

Car depuis 1988, date du crime le plus ancien, les enquêteurs se heurtent à un ADN jamais identifié. Pendant 30 ans, cet homme, qui vivait et travaillait dans le secteur, est donc passé entre les mailles du filet.

À lire aussi
Alexandre Benalla, devant la commission d'enquête sénatoriale le 18 septembre 2018 justice
Affaire Benalla : le manifestant molesté a fourni un certificat médical antidaté

L'ADN identifié trente ans après

Mais, grâce aux analyses scientifiques menées, les enquêteurs ont découvert que l'ADN retrouvé dans cette dernière affaire est le même que celui qu'ils ont depuis 30 ans dans le dossier du "violeur de la Sambre", du nom d'une petite rivière dans le secteur à coté de laquelle un certain nombre d'agressions avaient eu lieu.

La Police judiciaire de Lille, qui a pu accéder aux images de vidéosurveillance, repère rapidement la voiture du suspect. Une donnée importante qui a permis son interpellation lundi 26 février. Placé en garde à vue, ce dernier a reconnu les faits et devrait être mis en examen ce mercredi. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Nord
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792448129
Nord : comment les enquêteurs ont pu confondre le violeur en série présumé
Nord : comment les enquêteurs ont pu confondre le violeur en série présumé
ÉCLAIRAGE - Un homme d'une cinquantaine d'années a reconnu mercredi 28 février "une quarantaine" d'agressions sexuelles, dont la plus ancienne remonte à 1988. L'ouvrier nordiste a été mis en examen.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/nord-comment-les-enqueteurs-ont-pu-confondre-le-violeur-en-serie-presume-7792448129
2018-02-28 13:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Un0uJEMpaVqCgXXlzaQy4A/330v220-2/online/image/2018/0221/7792365622_un-officier-de-police-illustration.jpg