1 min de lecture Faits divers

Nanterre : un homme jugé pour viol sur mineure s'évade

L'homme de 36 ans, qui s'est évadé jeudi soir du tribunal de Nanterre, où il comparaissait pour viol sur mineure en récidive, a été condamné vendredi par défaut à 18 ans de réclusion par la cour d'assises des Hauts-de-Seine. L'avocat général avait requis une peine de 20 ans de réclusion criminelle contre cet homme qui devra être rejugé quand il aura été retrouvé. Il comparaissait pour le viol en récidive d'une mineure de 17 ans, dans la nuit du 31 janvier au 1er février 2009, à Meudon (Hauts-de-Seine). Il avait déjà été condamné pour viol le 15 janvier 2004 à une peine de 8 ans d'emprisonnement.

micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Le fugitif, très mince, brun les cheveux courts et à l'allure bonhomme, était toujours recherché par la police vendredi après-midi. "Il est connu des services de police pour de nombreux délits dont trafic de stupéfiants, escroquerie et menaces de mort", selon une source proche de l'enquête.
  
Jeudi vers 21h, il s'était enfui du dépôt du tribunal de Nanterre, alors qu'il attendait d'être réintégré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) où il était écroué en détention provisoire.
  
Il a réussi à se détacher et avait pris le chemin de la salle d'audience des  comparutions immédiates avant de sortir par l'entrée principale du tribunal.
  
Cet homme "au potentiel de dangerosité certain", aurait pu avoir été laissé sans surveillance, alors qu'il était menotté à un banc, selon une source proche  de l'enquête. Son statut d'accusé sous mandat de dépôt impliquait pourtant une présence permanente à ses côtés.
  
"L'enquête devra déterminer si toutes les mesures de sécurité ont bien été respectées, notamment la fermeture des portes du dépôt", a expliqué une source proche de l'enquête.
  
A la sortie de l'audience, vendredi, l'avocat de la jeune victime, Me Jean-Pierre Choquet, a regretté une "défaillance" des services de sécurité du tribunal qui va obliger cette "jeune victime à devoir affronter un nouveau procès", une "nouvelle épreuve".
  
Ce jugement par défaut implique la tenue d'un nouveau procès lorsque le fugitif aura été arrêté.
  
Jeudi soir, un chien policier a réussi à retrouver la trace du fugitif pendant une dizaine de kilomètres depuis le tribunal de Nanterre avant de la perdre Porte de Champerret (Paris XVIIe), où il aurait alors pu prendre le métro ou un bus, a souligné une source proche de l'enquête.
  
Des amis de la victime, qui tiennent à conserver un strict anonymat, ont expliqué à la presse que lorsqu'ils ont quitté le tribunal jeudi vers 19H00, ils ont été surpris de constater qu'aucun policier ne se trouvait à l'entrée.
  
Des mesures de protection ont été décidées jeudi soir par la police judiciaire pour garantir la sécurité de la victime et celle de l'ex-compagne de  l'évadé qui a témoigné jeudi dans un climat tendu.
  
La police judiciaire des Hauts-de-Seine a été saisie de l'enquête et l'inspection générale des services de police (IGS) sur les circonstances de cette évasion.

Lire la suite
Faits divers Police Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants