2 min de lecture Faits divers

Mort de Naomi Musenga : le parquet ouvre une enquête préliminaire

Une enquête préliminaire pour "non-assistance à personne en péril" a été ouverte par le parquet de Strasbourg mercredi 9 mai, après la mort de Naomi Musenga en décembre dernier. L'opératrice du Samu qui lui avait répondu a été suspendue.

Des agents répondent à des appels au SAMU
Des agents répondent à des appels au SAMU Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
Journaliste RTL

L'opératrice du Samu qui avait pris l'appel de Naomi Musenga en décembre dernier a été "suspendue à titre conservatoire", ont indiqué des sources syndicale et administrative à plusieurs médias mercredi 9 mai, confirmant une information de BFMTV. Une enquête préliminaire a été par ailleurs ouverte par le parquet pour "non-assistance à personne en péril", a annoncé la procureur de la République Yolande Renzi.

"Dans le cadre du développement de l'enquête, il y a des éléments suffisamment concluants pour la suspendre, c'est la décision qui a été prise par le directeur général" Christophe Gautier, mercredi en début d'après-midi, a indiqué à l'AFP la directrice de la communication de l'hôpital. Elle précise cependant que "cela ne préjuge pas des conclusions de l'enquête" administrative ouverte sur les conditions de prise en charge de Naomi Musenga.

Cette assistante de régulation médicale avait dans un premier temps été transférée dans un autre service le 2 mai, sans "contact avec les patients", précisait Christophe Gautier à 20 Minutes.

La famille veut déposer plainte

Naomi Musenga, jeune mère de 22 ans, avait appelé le Samu le 29 décembre dernier, faisant part d'intenses douleurs au ventre. Dans l'enregistrement de l'appel, révélé par le site local Hebdi, on entend l'opératrice s'adresser à elle sur un ton parfois moqueur, sans sembler la prendre au sérieux.

À lire aussi
Boissy-Saint-Léger dans le Val-de-Marne faits divers
Val-de-Marne : des tags menaçants visant des policiers découverts sur un immeuble

Sa famille a annoncé qu'elle déposera une plainte "en bonne et due forme" d'ici au vendredi 11 mai, a indiqué à l'AFP Me Mohamed Aachour, l'un des avocats de la famille de la victime. "Ce que l'on souhaiterait, c'est qu'au-delà de l'enquête préliminaire il y ait une information judiciaire qui soit ouverte", a-t-il souligné.

La direction de l'hôpital a annoncé avoir ouvert une enquête interne après les révélations du site alsacien. La ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est dite "profondément indignée par les circonstances du décès de Naomi Musenga" et s'est engagée "à ce que sa famille obtienne toutes les informations". Elle recevra les médecins urgentistes lundi 14 mai.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Santé Strasbourg
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants