2 min de lecture Île-de-France

Montreuil : le chef de la police municipale suspendu en raison d'une plainte pour violences

Le chef de la tranquillité publique de Montreuil a été suspendu. Cette décision fait suite à une plainte d'un journaliste qui se plaint d'avoir été violenté lors d'un festival de musique dimanche.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Le chef de la tranquillité publique de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a été suspendu après la plainte d'un journaliste pour "violences aggravées" lors d'une altercation avec des agents de sécurité de la ville, a-t-on appris jeudi auprès de la mairie.

Dans sa plainte déposée mardi, Mikaël Lefrançois, qui travaille pour une société de production télévisuelle, raconte avoir été agressé dimanche lors d'un festival de musique techno à Montreuil, et avoir été forcé à effacer des photos qu'il avait prises du directeur de la tranquillité publique.

Ce dernier a été suspendu dans l'attente des résultats d'une enquête administrative, qui doit se poursuivre vendredi et dont les résultats seront "très vraisemblablement" publiés en début de semaine prochaine, a-t-on indiqué dans l'entourage du maire écologiste Dominique Voynet.

"Ce n'est pas une sanction
(...) c'est normal quand une personne est nommément incriminée et qu'une telle enquête est diligentée", a-t-on expliqué, soulignant qu'il fait "l'objet d'une plainte au pénal". Le directeur garde son salaire mais ne peut pas revenir sur son lieu de travail.

À lire aussi
La région Île-de-France généralise le Pass Navigo sur smartphone à la rentrée Connecté
Le pass Navigo et les tickets de métro sur smartphones en septembre

"Plaqué violemment au sol"


"Il y a des versions des faits sensiblement différentes", a-t-on également pointé, ajoutant que les agents de la police nationale, appelés sur place, "corroborent" la version des agents municipaux.

Intrigué que des agents de sécurité municipaux soient munis de bombes lacrymogènes, le journaliste de la société TSVP, présent à titre privé, a raconté avoir pris en photo l'un d'entre eux, en l'occurrence le directeur de la tranquillité publique lui-même.

Celui-ci lui aurait ordonné de supprimer les photos, avant de le "plaquer contre le mur". Il aurait ensuite été "plaqué violemment au sol,(des agents) lui bloquant la tête", selon la plainte, provoquant une hémorragie de l’œil droit.

Mickaël Lefrançois a dit avoir ensuite reçu une décharge électrique à la main, l'obligeant à lâcher son téléphone portable. Le directeur de la tranquillité publique l'aurait alors menacé pour obtenir son code secret et débloquer son téléphone, avant d'effacer les photos, selon lui.

Selon la mairie, le journaliste a insulté les agents municipaux, les traitant de "fachos" et de "milice", et ne s'est présenté comme reporter que dans un second temps. Selon la version du directeur de la sécurité, il a été "maîtrisé au sol" mais "pas frappé".

Les agents de surveillance de la voie publique (ASVP), employés par les mairies, ne sont pas des policiers et ne peuvent pas être armés, mais ils peuvent constater des infractions, concernant par exemple le stationnement des véhicules.

Retrouvez l'actualité des Faits divers
Lire la suite
Île-de-France Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7761646150
Montreuil : le chef de la police municipale suspendu en raison d'une plainte pour violences
Montreuil : le chef de la police municipale suspendu en raison d'une plainte pour violences
Le chef de la tranquillité publique de Montreuil a été suspendu. Cette décision fait suite à une plainte d'un journaliste qui se plaint d'avoir été violenté lors d'un festival de musique dimanche.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/montreuil-le-chef-de-la-police-municipale-suspendu-en-raison-d-une-plainte-pour-violences-7761646150
2013-05-23 21:21:00