2 min de lecture Enfants

Meurtre du petit Valentin : "On est mort en même temps que lui", souffle sa mère

TÉMOIGNAGE - La mère du petit garçon tué de 44 coups de couteau en 2008 va assister au procès des meurtriers de son enfant, "la boule au ventre" raconte-t-elle.

Une femme hurle "Meurtrier!" sur le passage de Stephane Moitoiret, en juin 2009. (archives)
Une femme hurle "Meurtrier!" sur le passage de Stephane Moitoiret, en juin 2009. (archives) Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Frédéric Perruche

Le procès en appel de Stéphane Moitoiret, condamné fin 2011 à la perpétuité pour avoir tué de 44 coups de couteau un garçonnet dans l'Ain en 2008, avec la complicité de sa compagne d'alors, s'ouvre ce mardi 12 novembre devant les assises du Rhône. La responsabilité pénale des accusés sera au centre des débats.

Au micro de RTL, la mère du défunt petit Valentin, Véronique Crémault, raconte comment elle appréhende ce procès, auquel elle va assister.

Un "stress épouvantable"

"Quand on arrive à un procès de cette envergure, on ressent un stress épouvantable", commence par raconter Véronique Crémault.

On ne devrait pas revivre toutes ces choses-là, qui nous font remonter des cicatrices au fond de nous...

La mère du petit Valentin
Partager la citation
À lire aussi
Jean-Paul Delevoye, le 19 juin 2019 réforme des retraites
Réforme des retraites : ce qui changera pour les parents et les veufs et veuves

Elle poursuit, non sans douleur : "On ne devrait pas revivre toutes ces choses-là, qui nous font remonter des cicatrices au fond de nous..." Véronique évoque ensuite "la douleur, l'appréhension" de "les revoir".

En parlant du fait de se confronter aux meurtriers de son enfant, Véronique confie : "Je m'étais préparée [pour le premier procès] et ça a été difficile. C'est dur d'avoir les assassins de son fils devant soi. C'est difficile d'imaginer que des bêtes immondes puissent exister".

Et la mère du petit Valentin de parler de "cette boule au ventre" qui la pousse à savoir "pourquoi cet acte horrible, tuer mon fils, m'arracher mon amour, l'enfant que j'aimais tant..." a pu se produire. "Qu'ils me disent 'oui c'est bien moi qui ai tué votre fils'", souffle-t-elle. "On est mort en même temps que Valentin", conclut-elle.

>
Véronique Crémault, la mère du petit Valentin, va assister au procès en appel des assassins de son fils Crédit Média : Frédéric Perruche | Durée : | Date :

"Complicité d'assassinat avec actes de barbarie"

Aujourd'hui âgé de 44 ans, Moitoiret avait été reconnu coupable par la cour d'assises de l'Ain de l'assassinat de Valentin Crémault, âgé de 10 ans, qui faisait du vélo dans une rue de Lagnieu (Ain) le soir du 29 juillet 2008.

De dix ans son aînée, Noëlla Hégo avait écopé de 18 ans de réclusion pour "complicité d'assassinat avec actes de barbarie". Muré dans le déni, ce couple de marginaux avait fait appel du verdict. Ils seront aussi rejugés pour la "tentative d'enlèvement" d'un autre Valentin, âgé lui de cinq ans, en août 2006 dans la Vienne, en qui ils voyaient "l'élu qui devait changer le monde".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enfants Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7766690789
Meurtre du petit Valentin : "On est mort en même temps que lui", souffle sa mère
Meurtre du petit Valentin : "On est mort en même temps que lui", souffle sa mère
TÉMOIGNAGE - La mère du petit garçon tué de 44 coups de couteau en 2008 va assister au procès des meurtriers de son enfant, "la boule au ventre" raconte-t-elle.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/meurtre-du-petit-valentin-on-est-mort-en-meme-temps-que-lui-souffle-la-mere-7766690789
2013-11-12 10:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Bj0-Yw9xlE-MzCTMbLix5A/330v220-2/online/image/2013/1112/7766687897_une-femme-hurle-meutrier-sur-le-passage-de-stephane-moitoiret-en-juin-2009-archives.jpg