1 min de lecture Faits divers

Meurtre d'Angélique : sa sœur Anaïs ne croit pas à une pulsion incontrôlable

Anaïs, la grande sœur d'Angélique, violée puis assassinée mercredi 25 avril, s'est confiée sur LCI. Elle évoque le souvenir de sa sœur avec qui elle était "très fusionnelle", et affirme vouloir se battre pour que le suspect soit lourdement condamné.

La sœur d'Angélique, Anaïs (au centre), lors de la marche blanche à Wambrechies le 1er mai 2018
La sœur d'Angélique, Anaïs (au centre), lors de la marche blanche à Wambrechies le 1er mai 2018 Crédit : AFP
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
Journaliste RTL

Elle retient d'Angélique "son sourire, sa joie de vivre. Il ne fallait pas grand chose pour qu'elle soit heureuse." Une semaine après le viol et le meurtre de l'adolescente mercredi 25 avril à Wambrechies (Nord), sa grande sœur Anaïs s'est confiée sur LCI mercredi 2 mai, et évoqué le souvenir de l'adolescente, avec qui elle était "très fusionnelle". "On dormait ensemble, on faisait tout ensemble", se souvient-elle. "On se disait tout."

Anaïs raconte comment elle a appris, en direct à la télévision, les détails du viol et du meurtre de sa petite sœur lors de la conférence de presse du procureur. "C'était dur à entendre, parce qu'on n'a pas été mis au courant avant."

À tout moment il aurait pu arrêter, il ne l'a pas fait, il a été jusqu'au bout

Anaïs, grande sœur d'Angélique
Partager la citation

"Ça sert à rien de regretter", dit Anaïs à propos de David Ramault, qui a avoué le viol et le meurtre en garde à vue. "Il a fait ce qu'il a fait. À tout moment il aurait pu arrêter, il ne l'a pas fait, il a été jusqu'au bout." La grande sœur d'Angélique ne croit "pas du tout" à la thèse d'une pulsion incontrôlable.

Elle explique ne pas comprendre pourquoi le suspect, déjà condamné pour viol avec arme, attentats à la pudeur aggravés et vol avec violence commis en 1994 sur une mineure de 13 ans, était en liberté. "C'est arrivé une fois il n'a presque rien pris, c'est pas normal", regrette Anaïs. "On va se battre (...) pour qu'il prenne un maximum, pour ne plus le laisser sortir."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Nord Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants