2 min de lecture Lille

Lille : trois prévenus jugés pour agression homophobe

Trois hommes, âgés de 18 à 25 ans, doivent comparaître lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Lille. Ils sont accusés d'avoir agressé le 17 avril, les deux gérants et le serveur d'un bar gay lillois.

Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'agression avait suscité une vive émotion en plein débat sur le mariage homosexuel. Trois hommes, âgés de 18 à 25 ans, doivent comparaître lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Lille pour avoir agressé le 17 avril les deux gérants et le serveur d'un bar gay lillois.

Ils sont également soupçonnés d'avoir proféré des insultes à caractère homophobe et endommagé le mobilier du bar et la vitrine de celui-ci. Le patron de l'établissement s'était dit convaincu que l'agression, condamnée par le gouvernement et des membres de l'opposition, était liée à la "tension" entourant le débat sur le mariage homosexuel.

Les prévenus appartiennent à la mouvance extrémiste

Interpellés peu après les faits commis le 17 avril vers 22H00, les trois hommes avaient revendiqué lors de leur garde à vue leur appartenance à une mouvance extrémiste. Ils avaient été présentés au tribunal en comparution immédiate à l'issue de leur garde à vue. Deux d'entre eux ayant demandé un report de l'audience, celle-ci avait été renvoyée au 13 mai.

"Mes clients attendent d'être reconnus en qualité de victimes et que cela ne se reproduise pas", a déclaré Me Aurélien Blat, avocat des deux gérants et du serveur qui se sont constitués partie civile. "Ils sont choqués que les faits aient été commis en raison de leur orientation sexuelle."

À lire aussi
Martine Aubry, la maire (PS) de Lille (Nord). Coronavirus France
Fermeture des bars à 22h : une "ineptie", selon Martine Aubry

Selon des images de vidéosurveillance, l'un des trois prévenus est entré dans le bar "en toisant les clients du regard, pour chercher des histoires", a indiqué une source proche du dossier. L'un des gérants lui avait alors demandé de sortir, ce qu'il avait fait. Il se serait alors emparé de chaises de la terrasse, comme ses deux amis qui attendaient dehors, s'éloignant ensuite du bar. Puis une altercation aurait éclaté lorsque l'un des gérants l'avait suivi pour récupérer les chaises. Des injures homophobes auraient alors été proférées et des coups portés aux deux gérants et au serveur.

Il y a des certificats médicaux de la médecine légale qui confirment les coups, ils ont tous des traces de coups.

Aurélien Bat, avocat des deux gérants et du serveur
Partager la citation

Aucune incapacité totale de travail (ITT) n'avait toutefois été retenue par la justice. "Mais il y a des certificats médicaux de la médecine légale qui confirment les coups, ils ont tous des traces de coups", a affirmé Aurélien Blat. Les trois suspects, qui avaient pris la fuite, avaient été interpellés peu après par les policiers de la brigade anti-criminalité (BAC). Ils sont poursuivis pour violences volontaires en réunion, injures à caractère homophobe et dégradations.

"Le café est resté ouvert jusqu'à 03H00 du matin, la fête a continué", a souligné l'un des avocats de la défense, Me Maxime Moulin. Son client, âgé de 24 ans, ne reconnaît que les dégradations, a-t-il précisé, mais pas les injures et les violences. "Il se dit 'identitaire' mais n'appartient à aucun groupuscule ou parti politique", selon l'avocat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Lille Homophobie Homosexualité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants