1 min de lecture Est

Les parents du petit Matteo accusent le collège après le suicide de leur fils

Après le suicide de leur fils de 13 ans, la semaine dernière à Bourg-Saint-Maurice, les parents de Matteo accusent aujourd'hui le collège où était scolarisé l'adolescent, de n'avoir pas agi à temps. "On avait tiré la sonnette d'alarme (...) mais nous n'avons pas été entendus", témoignent-ils en exclusivité au micro RTL de Serge Pueyo.

Une vidéo où l'adolescent serait aussi à l'origine des moqueries dont était il était victime.
Une vidéo où l'adolescent serait aussi à l'origine des moqueries dont était il était victime. Crédit : Page Facebook
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Serge Pueyo

"Nous n'avons pas été entendus"

Les parents de Mattéo accusent la direction du collège d'être restée sourde "au signal d'alarme" qu'ils ont tiré à plusieurs reprises et de ne pas avoir pris en compte suffisamment la détresse et la souffrance de leur fils. "On a donné l'alerte à  plusieurs reprises sur les brimades, les insultes, les coups que subissaient Mattéo, et nous n'avons pas été entendus. Ce n'est pas normal. Il faut que l'éducation nationale change", estiment Raphaël et Virginie, qui parlent sur RTL pour éviter d'autres drames pour d'autres enfants qui souffrent de brimades, au collège et à l'école.

Amateur de rap, Matteo, 13 ans, retrouvé pendu dans sa chambre il y a dix jours, avait posté une vidéo sur Internet dans laquelle cet adolescent aux cheveux roux exprimait son mal-être. "Pas besoin de souffrances, pas besoin de haine, pas besoin de violence, pas besoin d'insultes, juste du bonheur", peut-on y entendre.

Les parents ont porté plainte pour "homicide involontaire" et "non-assistance à personne en danger", après avoir déjà porté plainte pour des brimades subies de la part d'autres élèves au collège.

Grande campagne
En France 10% des collégiens sont harcelés et 6% subissent un harcèlement que l'on peut qualifier de sévère à très sévère, d'après des chiffres du ministère de l'Education nationale. Le harcèlement peut aller du vol de goûter ou des moqueries aux insultes, brimades ou menaces, jusqu'aux coups, au racket ou aux violences sexuelles.

Fin janvier 2012, une grande campagne pour lutter contre le harcèlement à l'école avait été lancée par le biais de spots télé, d'un site internet (www.Agircontreleharcelementalecole.gouv.fr) et d'un numéro vert national (le 0808.80.70.10).

Lire la suite
Est Info Exclu RTL
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants