1 min de lecture Grande-Bretagne

"News of the World" ferme boutique dans la polémique

Un journal qui fait frémir le pouvoir, ça peut paraître "normal". Sauf quand ce dernier s'appelle "News of the World" et qu'il est au coeur d'une polémique sur ces méthodes de travail choquantes. Loin de s'apaiser, au lendemain de l'annonce de la fermeture du tabloïd "News of the World", le scandale des écoutes téléphoniques a pris une dimension extraordinaire vendredi, avec deux arrestations, dont celle d'un proche du Premier ministre. Andy Coulson, qui fut 4 ans et demi durant le directeur de la communication de M. Cameron - d'abord dans l'opposition puis au 10, Downing Street - a été placé en détention en fin de matinée, et sa maison perquisitionnée. Scotland Yard le soupçonne de "participation à des écoutes téléphoniques illégales" et de "corruption" en référence au paiement de policiers-informateurs, du temps où il était rédacteur en chef du NOTW.

Daniel Caron et La rédaction numérique de RTL

Outre Andy Coulson, Clive Goodman, ancien correspondant royal du journal a quant à lui été interpellé en début d'après-midi, aux mêmes motifs. Il a déjà purgé quatre mois de prison pour écoutes illégales en 2007. Les policiers ont effectué une descente dans les locaux Daily Star, concurrent de "News of the World" où travaille désormais Goodman. Dans le même temps, les appels se sont multipliés en faveur de la démission de Rebekah Brooks, 43 ans, ex-patronne de la rédaction du "NOTW". Elle est aujourd'hui directrice générale de News International, la branche britannique de News Corp, empire du magnat australo-américain Rupert Murdoch, qui englobe The Sun, Sunday Times, The Times et le "News of the World".

Flanquée de deux gardes de sécurité, c'est elle qui a annoncé jeudi aux 200 employés du "News of the World" la fermeture du tabloïd, fleuron lucratif et très sulfureux aux 168 ans d'existence jalonnée de scoops et de scandales et racheté en 1969 par M. Murdoch. "Les choses doivent changer (...) Rien ne sera laissé de côté", avait assuré en début de journée un David Cameron mal à l'aise et sur la défensive, lors d'une conférence de presse improvisée au 10 Downing Street au cours de laquelle il a notamment annoncé la création d'une commission d'enquête.

Les journalistes toutefois l'ont surtout bombardé de questions sur son manque de discernement pour ses liens avec Andy Coulson et sa proximité avec News Corp. Le piratage de messageries téléphoniques par le "News of the World", qui concernerait environ 4.000 personnes, empoisonne la vie politique depuis le milieu des années 2000. On savait qu'elle impliquait des hommes politiques, membres de la famille royale et célébrités. Mais le piratage aurait également concerné la messagerie d'une écolière assassinée et de soldats tués en Irak et en Afghanistan, ce qui n'a pas manqué de susciter l'indignation cette semaine. "La vérité est que nous sommes tous concernés: la presse, les hommes politiques, les dirigeants des partis - et je m'inclus dans ce nombre. Nous n'avons pas pris cette affaire à bras le corps", a admis M. Cameron.  L'un des remèdes proposés est la création d'une commission d'enquête indépendante sous la houlette d'un juge, réclamée par l'ensemble de la classe politique.

La commission oeuvrera en parallèle à l'enquête policière qui s'est révélé dans un premier temps un "échec abyssal", selon M. Cameron, qui a enfin annoncé l'ouverture d'une troisième enquête, sur l'éthique et la culture de la presse. Elle sonne de facto le glas de la commission de contrôle des médias (Press Complaints Commission). Cet organisme d'autorégulation a souvent été accusé de laxisme vis-à-vis des méthodes d'investigation douteuses, voire illégales de certains journalistes, au nom du sacro-saint droit du public à être informé. "La Grande-Bretagne a longtemps eu une presse crapoteuse. Le marché, régi par une concurrence brutale, encourageant les titres racoleurs et les potins intrusifs", a reconnu The Economist rejoint par nombre d'éditorialistes soucieux de restaurer la crédibilité journalistique.

Pour finir, M. Cameron a tenté de désamorcer une bombe à retardement politique, en laissant entrevoir un report (probablement au-delà de septembre) du feu vert gouvernemental au projet de rachat du bouquet satellitaire BSkyB par News Corp. Le rachat conférerait à M. Murdoch --qui possède déjà le tiers des médias d'information britanniques-- une position ultra-dominante et attentatoire au pluralisme selon les nombreux adversaires du projet. The Guardian et The Daily Telegraph, qui s'y opposent, soupçonnaient vendredi M. Murdoch d'avoir cyniquement sabordé le News of the World pour sauver l'opération BSkyB au coeur de sa stratégie de conquête. Ils avançaient également que le magnat entendait récupérer les 2,8 millions de lecteurs du NOWT en créant prochainement une édition dominicale du Sun.

Lire la suite
Grande-Bretagne International Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7701120093
"News of the World" ferme boutique dans la polémique
"News of the World" ferme boutique dans la polémique
Un journal qui fait frémir le pouvoir, ça peut paraître "normal". Sauf quand ce dernier s'appelle "News of the World" et qu'il est au coeur d'une polémique sur ces méthodes de travail choquantes. Loin de s'apaiser, au lendemain de l'annonce de la fermeture du tabloïd "News of the World", le scandale des écoutes téléphoniques a pris une dimension extraordinaire vendredi, avec deux arrestations, dont celle d'un proche du Premier ministre. Andy Coulson, qui fut 4 ans et demi durant le directeur de la communication de M. Cameron - d'abord dans l'opposition puis au 10, Downing Street - a été placé en détention en fin de matinée, et sa maison perquisitionnée. Scotland Yard le soupçonne de "participation à des écoutes téléphoniques illégales" et de "corruption" en référence au paiement de policiers-informateurs, du temps où il était rédacteur en chef du NOTW.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/le-scandale-news-of-the-world-fait-fremir-l-angleterre-7701120093
2011-07-08 19:12:00