1 min de lecture Info

Le Brésil refuse d'extrader Cesare Battisti

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a décidé vendredi de ne pas extrader vers l'Italie l'ex-activiste d'extrême-gauche Cesare Battisti, réclamé pour meurtres, provoquant la colère de Rome. "Le président de la République a pris aujourd'hui la décision de ne pas extrader le citoyen italien Cesare Battisti, sur la base d'un rapport du procureur général" du Brésil, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Celso Amorim en lisant un communiqué officiel. L'extradition de Battisti, 56 ans, était réclamée avec force par Rome où il a été condamné par contumace en 1993 à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres commis en 1978 et 1979, crimes dont il se dit innocent.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

La décision de Lula, 24 heures avant la fin de son mandat, "ne représente pas un affront envers un autre Etat", a souligné le ministre, tentant de désamorcer une crise avec Rome.

Toutefois, l'Italie a vivement réagi vendredi à la décision attendue de Lula, la qualifiant d'"injuste et gravement offensante".  Le ministère italien des Affaires étrangères a annoncé qu'il allait rappeler pour consultations l'ambassadeur d'Italie au Brésil.

"Les pires prévisions se sont avérées", a dit le ministre italien de la Défense, Ignazio La Russa, à l'agence Ansa.

Peu avant, le Brésil avait déjà rejeté les critiques italiennes faites la veille, trouvant "très étranges les termes du communiqué de la Présidence du Conseil des ministres d'Italie du 30 décembre 2010" et qualifiant "d'impertinentes" les références au président Lula.



Silvio Berlusconi n'abandonne pas

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, s'est engagé vendredi à poursuivre la "bataille" pour obtenir l'extradition de l'ex-militant d'extrême gauche, peu après l'annonce du rappel pour consultations de l'ambassadeur d'Italie au Brésil.

"J'exprime aux proches des victimes toute ma solidarité et je m'engage à poursuivre la bataille pour que Battisti soit livré à la justice italienne", a affirmé M. Berlusconi dans un communiqué. "Cette affaire n'est pas close, bien au contraire : l'Italie ne se rend pas et fera valoir ses propres droits."

Le ministère italien des Affaires étrangères a annoncé le rappel pour consultations de l'ambassadeur au Brésil, Gherardo La Francesca, ainsi que la remise par le diplomate d'un message à la nouvelle présidente Dilma Roussef pour lui demander de revenir sur la décision de Lula.

M. Berlusconi a exprimé sa "profonde amertume et (ses) regrets concernant la décision du président Lula" intervenue "malgré les requêtes insistantes et les sollicitations à tous les niveaux de la part de l'Italie". "Il s'agit d'un choix contraire au plus élémentaire sens de justice", a-t-il ajouté.

Le rappel pour consultations de l'ambassadeur servira à "définir le parcours de l'action judicaire du gouvernement italien" contre la décision de Lula, selon le ministère.

Par ailleurs, le ministre Franco Frattini a demandé à l'ambassadeur de remettre à la nouvelle présidente du Brésil Dilma Rousseff, dès son investiture le 1er janvier, un message sur l'affaire Battisti.

Ce message "fait état de la ferme détermination du gouvernement italien à recourir à toutes les voies légales possibles pour obtenir l'extradition en Italie de Battisti et de notre profond espoir que la nouvelle présidente puisse revoir la décision de son prédécesseur et se conformer à la sentence du Tribunal suprême brésilien".

Lire la suite
Info International Italie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants