1 min de lecture RTL Info

La mère de l'agresseur de Carla témoigne sur RTL

L'adolescent de 14 ans qui a frappé à mort une collégienne, lundi dernier à Florensac dans l'Hérault, a été mis en examen mercredi pour coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner, a annoncé le procureur de la République à Béziers, Patrick Mathé. La mère de Gaëtan, désemparée, s'exprime pour la première fois au micro RTL d'Aline Thibal.

C'est un document RTL
C'est un document RTL Crédit : RTL.fr
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

La maman de Gaëtan s'exprime pour la première fois sur RTL :

"Je suis très mal, très malheureuse pour tout, parce-que c’est une histoire qui a mal tourné et il faut que ça cesse. C’est dur parce que mon fils n’était pas parti pour  la tuer, il était là vraiment pour protéger ma fille et ça a mal tourné, c’est vraiment deux malheurs énormes. C’est horrible, c’est horrible, qu’est-ce que vous voulez que je dise, je n’ai même pas de mots pour dire...",  "Oui, il a vu rouge, il ne se rappelle plus de ses gestes, il ne se rappelle plus de rien, il pleure, il voulait simplement lui mettre deux claques mais il a quand même complètement pété un câble", "Oh oui il regrette, il regrette, il est très mal, très mal.  Pour la famille franchement je ne sais pas quoi dire, je suis plus que désolée et je suis perdue, qu’est-ce que vous voulez que je dise..."

L'agresseur présumé mis en examen

L'adolescent de 14 ans qui a frappé à mort la collégienne a été mis en examen mercredi pour coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner, a annoncé le procureur de la République à Béziers, Patrick Mathé. Le fait que la victime soit une mineure de moins de 15 ans est une circonstance aggravante, a-t-il précisé lors d'un point de presse. L'auteur des coups, mineur, risque dix ans de réclusion criminelle.

Selon les premières conclusions de l'autopsie, la jeune fille de 13 ans est morte des suites des coups qui lui ont été portés et non de la chute qu'ils ont entraînée, avait indiqué mardi le procureur.


Récapitulatif :

La jeune fille, âgée de 13 ans, scolarisée dans l'établissement, a succombé à ses blessures après avoir été violemment frappée lundi à la sortie du collège par le frère d'une de ses camarades, âgé de 14 ans, en raison d'un différend amoureux entre les deux jeunes filles. La querelle entre les collégiennes se serait envenimée, des injures auraient été échangées sur les réseaux sociaux et, selon la gendarmerie, la sœur de l'agresseur, qui avait peur d'aller à l'école, avait déposé une plainte lundi matin avec sa mère contre la victime, pour "des violences remontant au 15 juin".

Trois jeunes témoins de l'agression mortelle de lundi, des garçons de la classe de 5e de la victime, ont rapporté des faits rapides et violents. D'autres témoignages ont évoqué le fait que l'agresseur pratiquait la boxe. "On était là, elle a à peine franchi la grille, il lui est tombé dessus, il lui a mis des "patates", il lui a foutu trois "patates" dans la bouche. On a voulu intervenir, il y a quelqu'un qui a réussi à le pousser et il est parti", a assuré un adolescent témoin de la scène. "Il y avait des adultes" sur les lieux, "ils n'ont pas eu le temps d'intervenir, c'était déjà fini", a-t-il ajouté.

L'émotion est vive au collège, situé dans un quartier résidentiel de Florensac, un bourg de quelque 4.700 habitants, où le ministre de l'Éducation Luc Chatel s'est rendu. "J'ai tenu à être présent au côté de la communauté éducative parce-que l'école est en deuil, toute l'école de France", a déclaré le ministre. "Mon rôle était d'être au côté des équipes, de m'associer à la douleur des familles, des camarades de la jeune fille." Fleurs, photos, mots écrits à la main... Les témoignages s'accumulaient sur le lieu de l'agression : "Tu nous manques", "Le collège sans toi n'est rien".

L'inspecteur d'académie Philippe Wuillamier a évoqué "une communauté d'enfants très choqués". Une marche silencieuse sera organisée samedi, a annoncé le maire (PS) Vincent Gaudy. Ces dernières années, plusieurs drames de ce type ont eu lieu en France, notamment en janvier 2010 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) où un élève de 18 ans avait été poignardé par un camarade au sein de leur établissement.

Lire la suite
RTL Info Faits divers Exclu RTL
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants