1 min de lecture Info

Karachi : la justice ordonne la remise en liberté de Takieddine

La cour d'appel de Paris a ordonné la remise en liberté de Ziad Takieddine, ce lundi 2 septembre. L'homme d'affaires est poursuivi dans l'affaire Karachi.

Ziad Takieddine
Ziad Takieddine Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La cour d'appel de Paris a ordonné la remise en liberté de Ziad Takieddine, ce lundi 2 septembre. L'homme d'affaires était soupçonné d'avoir voulu fuir la France, ce qui lui avait valu d'être écroué depuis le 31 mai. Il devrait être "très rapidement libéré" selon ses avocats. Il demeurera néanmoins sous contrôle judiciaire.

"C'est une grande satisfaction d'avoir été entendu par une chambre de l'instruction lucide", a déclaré après l'audience son avocat Me Dominique Penin, accompagné de ses confrères Mes Henri Leclerc et Stéphane Sebag.

Personnage clé de l'affaire Karachi, Ziad Takieddine est soupçonné d'avoir cherché à se procurer contre 200.000 dollars un passeport diplomatique de la République dominicaine. C'est lors d'une perquisition, le 11 avril à son domicile parisien, que les policiers avaient découvert un courriel leur laissant penser que  Takieddine allait se faire délivrer ce document.

Caution de 4,3 millions d'euros


Qualifiant de "fable" le projet de fuite prêté à leur client, ses avocats avaient demandé sa remise en liberté. Les juges Roger Le Loire et Renaud van Ruymbeke ont accédé à cette demande, le 22 juillet, tout en conditionnant sa remise en liberté au versement d'une caution de 4,3 millions d'euros.

À lire aussi
Le site Whirlpool d'Amiens (illustration) industrie
Les infos de 6h30 - Whirlpool : Emmanuel Macron doit revoir les ex-salariés à Amiens

Ziad Takieddine ne disposant pas d'une telle somme selon eux, ses avocats ont contesté l'ordonnance des juges devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Celle-ci a ordonné ce lundi après-midi une modification du contrôle judiciaire de Ziad Takieddine, en annulant la demande de caution, ont précisé les avocats.

Déjà plusieurs fois mis en examen dans le dossier Karachi, il a de nouveau été mis en examen le 31 mai pour "corruption d'agent public étranger", "escroquerie", "détournement d'objet saisi", "blanchiment", "fraude fiscale" et "organisation frauduleuse d'insolvabilité". Des qualifications renvoyant à quatre dossiers distincts.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants