2 min de lecture Marie-Arlette Carlotti

Jeune polyhandicapée : "En renonçant à faire appel, je laisse la voie à la discussion", dit Marie-Arlette Carlotti

RÉACTION - La ministre déléguée aux personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti a finalement renoncé à faire appel dans l'affaire de la jeune Amélie, polyhandicapée de 19 ans.

Marie-Arlette Carlotti a annoncé qu'elle renonçait à faire appel dans l'affaire de la jeune polyhandicapée Amélie
Marie-Arlette Carlotti a annoncé qu'elle renonçait à faire appel dans l'affaire de la jeune polyhandicapée Amélie Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze et La rédaction numérique de RTL

L’État a renoncé à faire appel auprès du Conseil d’État du jugement qui lui avait ordonné de trouver une place dans un institut spécialisé pour une jeune handicapée de L'Isle-Adam (Val-d'Oise), Amélie Loquet.

Devant l'indignation que ce recours a suscité, la ministre déléguée auprès des Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, s'est finalement rétractée. Elle a donc annoncé l'abandon de l'appel lors d'une réunion ce jeudi matin avec les associations.

La ministre craignait une avalance de demandes similaires

Les parents d'Amélie avaient réussi à faire condamner l’État, qui a été sommé de trouver à la jeune adulte de 19 ans une place dans une maison d'accueil ce mercredi, dans le Val d'Oise. Atteinte du très lourd syndrome Prader-Willi, Amélie Loquet représentait un cas pouvant faire jurisprudence. Des structures existent pour les enfants, mais jusqu'alors rien ne les obligeait à s'occuper des adultes.

Marie-Arlette Carlotti avait alors craint de voir affluer des centaines de demandes similaires, "impossibles" à traiter selon elle. La ministre déléguée aux personnes handicapées a donc fait appel il y a deux jours, avant de rétro-pédaler ce jeudi matin après une réunion avec les associations.

À lire aussi
Des logements sociaux (illustration) réfugiés
Réfugiés : environ 77.000 HLM disponibles pour les accueillir

"En renonçant à l'appel, je laisse la voie à la discussion", a expliqué Marie-Arlette Carlotti. "Je refuse l'affrontement, je respecte les personnes en situation de handicap - parce que ce n'est pas la justice qui doit régler leurs problèmes, mais la société toute entière, c'est-à-dire les élus locaux, moi, à la place à laquelle je me trouve, les associations...", a-t-elle poursuivi.

Amélie sera prise en charge dès le 4 novembre. La ministre a demandé à trouver une solution stable pour elle.

>
Marie-Arlette Carlotti a expliqué avoir renoncé à l'appel "par respect pour les personnes handicapées" Durée : | Date :

Mise en place d'un service d'urgence

Mais le cas Amélie est loin d'être unique : il y a 50.000 autres adultes handicapés, dont 13 cas très urgents identifiés par les associations, c'est-à-dire des familles en pleine difficulté morale et/ou financière avec ces jeunes adultes dont il est difficile de s'occuper.

Bonne nouvelle pour eux : la ministre déléguée aux personnes handicapées a promis la mise en place d'un service d'urgence et le déblocage de 200 millions d'euros pour créer de 3.000 à 4.000 nouvelles places d'hébergement. Par ailleurs, Marie-Arlette Carlotti a demandé aux familles de ne plus se tourner vers les tribunaux pour régler ces cas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marie-Arlette Carlotti Handicap Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants