1 min de lecture Justice

Fellation dans un bus scolaire : un an de prison avec sursis contre le surveillant

Le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne) a condamné vendredi à un an de prison avec sursis et à une mise à l'épreuve de 2 ans un assistant d'éducation qui avait demandé à une élève de 16 ans de lui faire deux fellations dans un bus fin janvier lors d'une sortie scolaire. Le tribunal a également prononcé à son encontre une interdiction d'exercer une profession avec des mineurs. Ce jeune assistant d'éducation au lycée Henri-Moissan à Meaux devra en outre verser 1.000 euros de dommages et intérêts à la victime et se soumettre à une obligation de soins psychiatriques. Le tribunal n'a pas totalement suivi les réquisitions du parquet qui avait demandé 2 ans de prison, dont un ferme.

Pierrick Lieben et La rédaction numérique de RTL

Cet homme, suspendu de l'Education nationale, était poursuivi pour "atteinte sexuelle sur mineur de plus de 15 ans", "exhibition sexuelle" et "corruption de mineur" pour des faits commis dans un bus le 28 janvier.

Ce jour-là, alors que des élèves de première du lycée Henri-Moissan se rendaient au théâtre de l'Odéon à Paris, il s'était livré à des jeux à caractère sexuel avec certaines d'entre elles au fond du car. Il avait alors obtenu d'une jeune fille "deux fellations, qu'elle a exécutées de manière consentante".

Il a été relaxé pour toutes les autres infractions similaires, ainsi que pour incitation à la consommation d'alcool et de stupéfiants lors d'un séjour scolaire en Italie, le tribunal jugeant notamment que "l'infraction d'agressions sexuelles n'est pas caractérisée".

"C'est une décision équitable", s'est réjoui son conseil, Me Romuald Sayagh, en soulignant que "le tribunal a exactement apprécié le caractère inacceptable de la chose certes, mais en même temps relativisé ce qui est une bévue d'un jeune con (sic) de 22 ans".

Pour lui, son client "est un ado (qui croyait être) avec ses potes ; maintenant il est entré dans le monde des adultes avec un grand coup de pompe au derrière".

Lire la suite
Justice Faits divers Procès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants