2 min de lecture Egypte

Egypte : le procès Moubarak reprendra le 8 juin

L'ancien président égyptien, poursuivi pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants et pour corruption, était de nouveau sur le banc des accusés samedi. L'audience a été ajournée au 8 juin.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'ex-président égyptien Hosni Moubarak, poursuivi pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants et corruption, est arrivé samedi matin devant un tribunal du Caire pour un nouveau procès, dernier épisode d'un long feuilleton judiciaire pour tenter d'établir sa part de responsabilité dans la répression meurtrière de la révolte contre son régime début 2011.

Le peuple veut l'exécution du meurtrier.

Les avocats des familles des victimes
Partager la citation

Hosni Moubarak, 85 ans, est apparu devant la cour assis dans un fauteuil roulant, vêtu de blanc et le regard caché par des lunettes de soleil. A l'appel de son nom, il a levé la main et répondu "présent". Il comparaissait avec ses deux fils, Alaa et Gamal, son ancien ministre de l'Intérieur, Habib el-Adli, et six anciens responsables des services de sécurité.

L'audience, consacrée essentiellement à des questions de procédure, a été ajournée au 8 juin par le juge Mahmoud al-Rachidi, qui a précisé que le dossier devant la cour faisait 55.000 pages. Le magistrat a ajouté qu'il allait examiner de "nouveaux éléments à charge" fournis par les adversaires de l'ex-président égyptien, sans plus de détails. Comme auparavant, tous les accusés ont plaidé non coupable.

Le portrait de Moubarak
Le portrait de Moubarak Crédit : Idé


Des avocats des familles des victimes ont scandé "le peuple veut l'exécution du meurtrier". Des partisans de l'ancien président ont répliqué en les traitant de "moutons" et de "chiens du Guide" suprême des Frères musulmans, dont est issu le président islamiste Mohamed Morsi. A l'extérieur du tribunal, quelques partisans de Hosni Moubarak portaient des pancartes où l'on pouvait lire notamment "Liberté pour le Président".

À lire aussi
Des avions de la British Airways le 10 janvier 2017. Egypte
British Airways suspend ses vols vers le Caire pour des raisons de sécurité

Des membres des familles qui se sont portées parties civiles étaient aussi présents devant le tribunal. "Je continue de me battre pour mes droits. Je m'accroche à l'espoir", a affirmé Sanaa Saïd, dont un fils de 20 ans est décédé le 28 janvier 2011. La révolte a fait près de 850 morts selon les chiffres officiels.

Condamnés à la réclusion à perpétuité

Ce nouveau procès avait connu un faux départ le 13 avril, quand le président du tribunal de l'époque, mis en cause pour avoir acquitté des responsables du régime déchu dans une autre affaire, s'était récusé à l'ouverture de l'audience.

A l'issue du premier procès, qui avait débuté en août 2011, Honsi Moubarak et Habib el-Adli, qui risquaient la peine de mort, avaient été condamnés à la réclusion à perpétuité. Les autres responsables avaient été acquittés.

Tous les verdicts avaient été annulés en Cassation en janvier dernier, amenant la justice à organiser ce nouveau procès. Les séances se tiennent, comme précédemment, devant une cour criminelle installée pour des raisons de sécurité dans les locaux d'une école de police, à la périphérie du Caire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Egypte Hosni Moubarak Moubarak
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants