2 min de lecture Terrorisme

Comment Lunel est-elle devenue un "laboratoire du jihadisme à la française"

ÉCLAIRAGE - Il y a cinq ans, entre 2013 et et 2014, la petite ville de Lunel (Hérault) a vu partir une vingtaine de ses jeunes pour le jihad en Syrie, alors que la commune ne compte que 26.000 habitants.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL
>
Comment Lunel est-elle devenue un "laboratoire du jihadisme à la française" Crédit Image : CAROLINE ROSSIGNOL / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Cindy Hubert et La rédaction numérique de RTL

C'est l'une des plus grosses vagues de départ pour le jihad en France. Cinq hommes sont jugés à partir d'aujourd'hui à Paris dans le dossier de la filière de Lunel, ville de l'Hérault qui a vu partir une vingtaine de ses jeunes pour le jihad en Syrie entre 2013 et 2014.

La majorité ne sont jamais rentrés. De quoi faire de Lunel, jusque là surtout connue pour son muscat, un "laboratoire du jihadisme à la française"... sans que personne n'ait rien vu venir.

Cinq ans après, la ville semble toujours traumatisée, sonnée, par ces départs en Syrie, un peu comme après une catastrophe. Peu de personnes ici acceptent d'en parler : le sujet est toujours tabou. Et pourtant la mémoire de Karim, Raphaël, Sabri et les autres est omniprésente ici. Leurs prénoms sont tagués un peu partout sur les murs de la petite cité viticole.

À lire aussi
La police allemande pendant une perquisition, en 2014. terrorisme
Allemagne : 11 personnes, soupçonnées de préparer un attentat "islamiste", arrêtées

Une bande de copains radicalisés

Lunel - que tout le monde présente d'ailleurs davantage comme un gros village où tout le monde se connaît - a vu grandir ces jeunes : certains sont devenus des bourreaux soupçonnés des pires exactions.

Et ce, sans que personne ne se doute de rien. "Pas même moi", se désole Eddy, dont plusieurs des amis sont morts en Syrie. "On parle de jeunes qui ont fait partie de ma vie, qui avaient la main sur le cœur, pourquoi ça va si vite ? qu'est-ce que j'ai manqué ?" interroge le jeune homme.

Tout est parti d'une bande de copains d'enfance. Nourris par des vidéos de propagande sur internet, ils constituent un groupe de prière du soir, en marge de la mosquée jugée pas assez radicale. Des "assises religieuses", parfois à domicile, où l'on appelle au jihad. Des fratries entières vont partir, des femmes, des convertis.

Ceux qui restent à Lunel jouent les recruteurs sur place. "Dans une ambiance de surenchère entre jeunes" note l'instruction. À l'époque, le responsable de la mosquée refuse de condamner ces départs, "Dieu seul les jugera" dit-il en 2014.

Une mairie dans le déni

Un nouvel imam est arrivé il y a un an et demi. Saïd Aït Laama parle français, ce qui n'était pas le cas de son prédecesseur, et il a condamné dès son arrivée les actes de Daech. "C'est une situation délicate, explique-t-il au micro de RTL. On espère grâce à Dieu que nous sommes en train d'apporter l'apaisement nécessaire".

Du côté des habitants, l'heure a d'abord été à la sidération. Mais depuis quelques mois, des citoyens ont décidé de se battre pour que Lunel avance et en finisse avec sa réputation de "Jihad land". Des associations ont été créés pour développer le vivre ensemble, l'éducation, la solidarité, sans réel soutien de la mairie disent-ils. Le maire dans le déni, n'a jamais admis que Lunel soit devenu l'un des viviers de l'Etat islamique en France.

Un projet cristallise la colère de certains Lunellois : la rénovations des arènes, 12 millions d'euros... quand le taux de chômage continue de caracoler ici à 20%

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Jihad Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792899000
Comment Lunel est-elle devenue un "laboratoire du jihadisme à la française"
Comment Lunel est-elle devenue un "laboratoire du jihadisme à la française"
ÉCLAIRAGE - Il y a cinq ans, entre 2013 et et 2014, la petite ville de Lunel (Hérault) a vu partir une vingtaine de ses jeunes pour le jihad en Syrie, alors que la commune ne compte que 26.000 habitants.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/comment-lunel-est-elle-devenue-un-laboratoire-du-jihadisme-a-la-francaise-7792899000
2018-04-05 08:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9s9CSfORUOV0rpMamG5zSg/330v220-2/online/image/2018/0405/7792899061_le-27-janvier-2015-le-gign-a-mene-une-operation-anti-terroriste-dans-la-ville-de-lunel-herault.jpg