1 min de lecture Déraillement du train Paris-Limoges

Brétigny-sur-Orge : la SNCF ne fera pas appel si mise en examen

Le déraillement du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge avait fait sept morts et des dizaines de blessés. Une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires a été ouverte.

Déraillement de train à Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet 2013. (archives)
Déraillement de train à Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet 2013. (archives) Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a indiqué dimanche 8 décembre que si la SNCF était mise en examen dans l'affaire du déraillement du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne) le 12 juillet 2013 il "ne (ferait) pas appel", dans un entretien diffusé sur Europe 1 et iTélé.

"Si la SNCF est mise en examen, je ne ferai pas appel", a indiqué Pepy  "Dès le premier jour, j'ai dit toute la responsabilité de la SNCF dans cet accident. La responsabilité c'est celle de l'entreprise que je dirige, ce n'est pas la responsabilité de tel ou tel". L'accident, l'une des pires catastrophes ferroviaires survenues en France depuis une vingtaine d'années, avait fait sept morts et des dizaines de blessés.

Une éclisse dans le viseur


Dès le lendemain, Guillaume Pepy avait évoqué l'hypothèse d'un choc entre les roues du train et une éclisse, sorte d'agrafe métallique qui relie deux rails dans un aiguillage. Cette éclisse se serait désolidarisée des rails, se logeant au milieu de l'aiguillage et provoquant le déraillement. Douze jours après le drame, une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires était ouverte par le Parquet d'Evry pour déterminer les raisons du basculement de l'éclisse.

À lire aussi
Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet 2013. déraillement du train Paris-Limoges
Catastrophe ferroviaire de Brétigny : des documents accablants pour la SNCF ?

Après cette catastrophe, la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) ont annoncé un investissement de 410 millions d'euros sur la période 2014-2017 pour renforcer la sécurité du réseau.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Déraillement du train Paris-Limoges Transports SNCF
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants