2 min de lecture Maman

Bordeaux : une maman se fait frapper pour avoir allaité son bébé en public

VU DANS LA PRESSE - "Si l'allaitement pose encore tellement problème aujourd'hui, c'est parce que la femme est tellement sexualisée de nos jours", regrette Maÿlis, agressée à Bordeaux pour avoir allaité son bébé en public.

Une femme allaitant son enfant (illustration).
Crédit Image : JAIME REINA / AFP

En France, aucun règlement n'interdit d'allaiter son enfant dans un lieu public, pourtant Maÿlis, une jeune maman d'un bébé de six mois, s'est faite agresser pour avoir nourri son enfant au sein, dans la rue. 

Les faits se sont produits à Bordeaux, en Gironde. Tandis que la jeune maman se rendait à un point relai afin de récupérer un colis, son petit Nino, né prématurément, a réclamé à manger. Après avoir tenté de le faire patienter, Maÿlis, qui portait un tee-shirt d'allaitement, finit par lui donner le sein. "Je mets des vêtements adaptés, qui s'ouvrent sur les côtés, pour essayer vraiment de faire ça en toute discrétion, et là en plus, vu qu'il y avait du monde, j'ai caché avec ma veste", a expliqué la jeune femme dans une vidéo Doctissimo

"À peine la mise au sein de faite, qu'il y a une dame qui commence à hurler et qui me dit 'vous n'avez pas honte ?' (...) la dame hurlait, m'insultait, 'la nouvelle génération est là pour s'exhiber, vous êtes une maman vous devez prévoir les repas de votre fils, vous auriez dû faire ça chez vous, ce n'est pas quelque chose qu'on fait comme ça en public'". Plus la femme devenait violente verbalement, plus elle s'approchait de Maÿlis. "Je n'ai pas eu le temps de réaliser ce qu'il se passait, je me suis prise une gifle en pleine poire avec bébé dans les bras", témoigne la jeune maman. 

Aucun soutien des témoins de la scène

"Je n'ai eu absolument aucun soutien des gens qui étaient présents", déplore la jeune femme. "La dame derrière elle dans la file, l'a félicitée (...) le reste de la file a baissé la tête, a ignoré, et il ne s'est rien passé, personne ne m'a défendue", témoigne Maÿlis. "La seule réaction que j'ai eue ça a été de remettre mon fils en poussette, de ramasser mes lunettes de soleil qui du coup avaient volé par terre, de partir, de rentrer à la maison et de pleurer", confie-t-elle. "J'aurais tellement aimé réagir, mais avec un bébé dans les bras vous voulez faire quoi ?".

Après son agression, Maÿlis a été porter plainte, mais la réaction du policier qui l'a reçu n'a pas été celle escomptée. "Il m'a quand même demandé à quel pourcentage précisément on voyait ma poitrine, je lui ai dit 0 (...) il m'a gentiment fait comprendre que c'était aussi de ma faute, que je l'avais un peu cherché", relate la maman de Nino, pour qui "si l'allaitement pose encore tellement problème aujourd'hui, c'est parce que la femme est tellement sexualisée de nos jours". 

Cette agression aura eu des séquelles psychologiques mais aussi physique : le petit Nino a le cou bloqué depuis l'altercation et Maÿlis n'a "plus eu une seule goutte de lait, plus rien". 

La rédaction vous recommande