1 min de lecture Justice

Attentat au Drugstore : Carlos demande à être filmé pour son procès en appel

INFO RTL - Jugé en appel dès ce lundi 5 mars pour l'attentat du Drugstore Publicis perpétré en 1972, le terroriste vénézuélien Illitch Ramirez Sanchez, alias Carlos, demande à être filmé pour sa postérité judiciaire.

Une illustration du terroriste vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, le 28 mars 2017
Crédit Image : Benoit PEYRUCQ / AFP

Carlos devant les caméras ? Le terroriste vénézuélien Illitch Ramirez Sanchez, alias "Carlos" ou "Le Chacal", souhaite, selon des informations obtenues par RTL, que son dernier procès puisse être filmé, afin de laisser un témoignage pour l'histoire. Le procès s'ouvre ce lundi 5 mars devant la cour d'appel aux Assises de Paris. 

L'attentat du Drugstore Publicis perpétré le 5 septembre 1974, qui avait fait deux morts et trente-quatre blessés, est l'un des premiers faits d'arme qui lui sont attribués. Carlos, sympathisant du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) avait alors lancé une grenade M26 dans l'enceinte du Drugstore, dont le propriétaire était d'origine juive. Cette attaque lui a valu une condamnation à la perpétuité en première instance, en 2017. Illitch Ramirez Sanchez est jugé en appel jusqu'au 16 mars. Le Vénézuélien, aujourd'hui âgé de 68 ans, réfute toute participation.

Maître Isabelle Coutant-Peyre, son avocate et par ailleurs épouse, a officiellement formulé cette demande auprès du tribunal, révèle RTL. Dans une requête adressée à la Cour d'appel, celle-ci affirme que Carlos est "un personnage s'inscrivant dans l'histoire politique et événementielle internationale". Il est à ses yeux impératif de garder les images de cet acteur du terrorisme international arrêté au Soudan il y a 24 ans et depuis incarcéré.

La loi Badinter de 1985 permet ces enregistrements pour l'histoire. Jusqu'ici, huit procès seulement ont été filmés, la plupart en relation avec la période de la Seconde Guerre mondiale, comme celui de Klaus Barbie. Carlos, qui a toujours revendiqué haut et fort une place de premier plan dans la marche politique des années 1970, espère ainsi passer à la postérité judiciaire.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés