2 min de lecture Terrorisme

Attentat à Paris : l'attaque au couteau, un mode opératoire dorénavant récurrent

ÉCLAIRAGE - L'attaque au couteau perpétrée en plein cœur de Paris samedi 12 mai n'est pas une première. Les armes blanches sont de plus en plus utilisées par les terroristes de Daesh.

Des policiers à Paris après une agression au couteau samedi 12 mai 2018
Des policiers à Paris après une agression au couteau samedi 12 mai 2018 Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Un logistique minime mais surtout une arme difficilement repérable. Armé d'un couteau d'une lame de 10 centimètres, un individu d'origine tchétchène a tué une personne et blessé quatre autres lors d'une attaque en plein cœur de Paris, samedi 12 avril.

Un mode opératoire dorénavant bien connu des autorités. Depuis plusieurs années maintenant, les attaques au couteau se sont multipliées en France. Un couple de policiers tué à Magnanville le 13 juin 2016, le père Jacques Hamel assassiné à Saint-Étienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016, deux cousines tuées sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille le 1er octobre 2017... Toutes ces victimes ont été poignardées, parfois égorgées, par leurs assaillants.

La France n'est pas le seul pays concerné par ces attaques alors que l'Espagne, la Finlande, la Russie, l'Allemagne ou encore le Royaume-Uni ont également connu pareille tragédie. Tout cela, en à peine un an.

À lire aussi
Les familles de victimes se recueillent sur la mosaïque de Miro, sur les Ramblas de Barcelone, vendredi 17 août 2018, un an après les attentats en Catalogne Attentats en Catalogne
Attentats en Catalogne : un an après, Barcelone pleure ses victimes

Le terrorisme "low cost"

Faire le plus de victimes possibles, au hasard des rues. Tel est l'objectif. Au micro de BFM TV, Chems Akrouf, expert en renseignement, évoque une méthode "stratégique et multiple". "Tout le monde peut être visé quand on sort et savoir qu'on est nulle part à l'abri", explique-t-il. 


Une note publiée par le Centre de Recherche de l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale en février 2015 évoquait déjà le sujet : "La commission d'attentats perpétrés sans arme à feu au nom du Jihad dans les pays occidentaux renouvelle la donne de la sécurité publique et de la protection de la force publique". 
C'est ce que certains appellent dorénavant le terrorisme "low cost". Ces attaques correspondent en tout cas à la doctrine prônée depuis plusieurs années par les responsables de l'État islamique, qui encourage les terroristes à frapper avec des moyens logistiques très réduits à l'image des voitures bélier ou des couteaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Daesh Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793371596
Attentat à Paris : l'attaque au couteau, un mode opératoire dorénavant récurrent
Attentat à Paris : l'attaque au couteau, un mode opératoire dorénavant récurrent
ÉCLAIRAGE - L'attaque au couteau perpétrée en plein cœur de Paris samedi 12 mai n'est pas une première. Les armes blanches sont de plus en plus utilisées par les terroristes de Daesh.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/attentat-a-paris-l-attaque-au-couteau-un-mode-operatoire-dorenavant-recurrent-7793371596
2018-05-14 10:40:22
https://cdn-media.rtl.fr/cache/a53FdRSr9XenlFuDy3ePqQ/330v220-2/online/image/2018/0512/7793365137_000-14u723.jpg