1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attaque au couteau à Paris : l'assaillant, un Tchétchène de 20 ans, était fiché S
1 min de lecture

Attaque au couteau à Paris : l'assaillant, un Tchétchène de 20 ans, était fiché S

Info RTL INFO RTL - L'auteur présumé de l'attaque au couteau perpétrée samedi 12 mai à Paris n'avait cependant pas d’antécédents judiciaires, selon nos informations.

Un membre de la police scientifique sur les lieux de l'attaque au couteau à Paris le 12 mai 2018
Un membre de la police scientifique sur les lieux de l'attaque au couteau à Paris le 12 mai 2018
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Attaque au couteau à Paris : l'assaillant, un Tchétchène de 20 ans, était fiché S
04:34
Olivier Boy
Journaliste

L'enquête progresse, dimanche 13 mai, après l'attaque au couteau perpétrée dans le cœur de Paris, à Opéra. L'assaillant, qui a tué une personne et en a blessé quatre autres, est un Tchétchène âgé de 20 ans. Selon nos informations, cet homme né en 1997 n'était connu des services de renseignement et faisait l'objet d'une fiche S. Il n'avait cependant pas d’antécédents judiciaires.

Les enquêteurs vont désormais tenter de mieux comprendre le profil de l'assaillant. Sa mère et son père ont été interpellés et placés en garde à vue. Les domiciles qu'il fréquentait sont ou vont être perquisitionnés. Les ordinateurs ou téléphones éventuellement saisis pourraient permettre de trouver des éléments pouvant expliquer le passage à l'acte, comme un testament ou une lettre d'allégeance à Daesh.

Les enquêteurs vont également se pencher sur l'entourage du jeune homme et tenter de déterminer si l'assaillant a pu bénéficier de complicité. Invité sur RTL ce dimanche 13 mai, le spécialiste des filières terroristes Claude Moniquet a rappelé que la présence que la présence de combattants Tchétchènes dans les rangs des filières islamistes n'était pas nouvelle. "Cela existe depuis une vingtaine d'années", selon l'expert.


"Daesh a la capacité de recruter des gens dans leur communauté, le pays dans lequel ils vivent. L'organisation terroriste se replie sur un mode aléatoire qui est d'avoir recours à une main d'oeuvre locale, pas entraînée, pas équipée, mais qui peut frapper l'opinion", a expliqué Claude Moniquet. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/