1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Arnaud Beltrame : un ancien diplomate en Irak raconte "son sens du sacrifice"
1 min de lecture

Arnaud Beltrame : un ancien diplomate en Irak raconte "son sens du sacrifice"

Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Irak, raconte sur RTL avoir été marqué, en 2005 déjà, par l'"enthousiasme" et la "motivation" du gendarme qui s'est sacrifié dans la prise d'otages dans l'Aude vendredi 23 mars.

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, en mars 2013
Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, en mars 2013
Crédit : AP/SIPA
Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Irak, évoque la motivation et le sens du sacrifice d'Arnaud Beltrame
01:39
Brice Dugénie
Journaliste

Arnaud Beltrame avait manifestement le dévouement patriotique dans la peau. Le gendarme qui s'est sacrifié vendredi 23 mars dans l'attaque terroriste du supermarché de Trèbes pour sauver la vie d'une otage est décrit par ses proches comme un grand patriote. Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Irak, a été protégé par lui à Bagdad "quelques semaines" au cours de l'année 2005.

La capitale irakienne était "une ville très très dangereuse. Il y avait en moyenne une soixantaine d'attentats par jour", se souvient-il. Mais cela n'entachait pas l'"enthousiasme" et la "motivation" d'Arnaud Beltrame. "Arnaud Beltrame, pendant ces quelques semaines où nous avons travaillé ensemble, m'a escorté avec les gendarmes dans des endroits extrêmement sensibles", se remémore Bernard Bajolet. 

Spontanément, Arnaud Beltrame m'avait dit son enthousiasme, sa motivation et puis aussi son sens du sacrifice

Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Irak

"Le mérite des gendarmes d'une façon générale et de celui-là en particulier, c'est de nous avoir permis d'avoir nos contacts politique en dépit du contexte sécuritaire, salue l'ancien ambassadeur. On savait très bien le sort qui était réservé aux diplomates qui étaient pris en otage par Al-Qaida. Nous n'avions aucune chance d'en sortir vivants."

"Ce que je demandais aux gendarmes, raconte Bernard Bajolet, c'était de faire en sorte que nous ne soyons jamais pris en otage. Soit on arrivait à suivre, soit on n'y arrivait pas et à ce moment-là, on se battait jusqu'au dernier. Spontanément, Arnaud Beltrame m'avait dit son enthousiasme, sa motivation et puis aussi son sens du sacrifice et cela, je l'ai noté. Parce qu'il était assez rare que quelqu'un vienne vous dire ça."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/