1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Alexandre Benalla se dit "abasourdi" et défend une "initiative personnelle"
1 min de lecture

Alexandre Benalla se dit "abasourdi" et défend une "initiative personnelle"

Pour la première fois depuis le début de l'affaire, les avocats d'Alexandre Benalla se sont exprimés dans un communiqué pour justifier l'intervention de leur client, le 1er mai 2018 à Paris.

Alexandre Benalla avec Emmanuel Macron le 14 juillet 2018
Alexandre Benalla avec Emmanuel Macron le 14 juillet 2018
Crédit : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Ils dénoncent une "utilisation médiatique et politique". Pour Laurent-Franck Liénard et Audrey Gadot, les avocats d'Alexandre Benalla, l'affaire dépasse largement leur client. Dans un communiqué diffusé ce lundi 23 juillet par LCI, ils justifient la présence et l'intervention d'Alexandre Benalla, place de la Contrescarpe, dans le Ve arrondissement de Paris, lors des manifestations du 1er Mai.

Déclarant avoir pris une "initiative personnelle", l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron déplore, par la voix de ses conseils, que cette dernière serve "aujourd'hui à porter atteinte à la présidence de la République dans des conditions qui défient l'entendement". 

Il a "voulu prêter main forte" aux policiers

Si Alexandre Benalla "n'avait pas vocation à intervenir personnellement sur ces opérations", ses avocats expliquent qu'il a "voulu prêter main forte". "Témoin des agissements de deux individus particulièrement virulents et de l'apparent dépassement des capacités opérationnelles des policiers sur place, il a pris l'initiative de prêter main forte au dispositif en aidant à la maîtrise de ces personnes", poursuivent-ils, assurant que "cette action vigoureuse n'a causé aucune blessure".


Alexandre Benalla a été mis en examen pour "violences en réunion", "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique", "port public et sans droit d'insignes réglementés", "recel de détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "recel de violation du secret professionnel", a indiqué le parquet de Paris dimanche 22 juillet. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/