1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Tariq Ramadan : "Je suis toujours sans protection" s'inquiète Henda Ayari
1 min de lecture

Affaire Tariq Ramadan : "Je suis toujours sans protection" s'inquiète Henda Ayari

INVITÉE RTL - Henda Ayari subit pressions et menaces depuis qu'elle a déposé plainte contre l'islamologue Tariq Ramadan pour viol et agressions sexuelles.

Henda Ayari, le 24 novembre 2017 à Paris
Henda Ayari, le 24 novembre 2017 à Paris
Crédit : JOEL SAGET / AFP
L'invite de RTL Soir du 17/04/2018
06:03
micros
La rédaction numérique de RTL

"C'est un vrai travail de pression psychologique sur moi". Au micro de RTL mardi 17 avril, la militante Henda Ayari raconte les menaces quotidiennes dont elle est victime depuis qu'elle a déposé plainte contre l'islamologue Tariq Ramadan pour viol et agressions sexuelles. "Je suis toujours sans protection", s'inquiète-t-elle.

Dimanche 15 avril au matin, Henda Ayari a retrouvé sa voiture vandalisée. "On a tout pris. Le coffre était plein." Sur Twitter, elle confie être "à bout". "C'est une succession de violences depuis des mois, des insultes, des pneus crevés, un pare-brise brisé", énumère-t-elle sur RTL. La militante féministe reçoit également des messages quotidiens sur internet et des appels anonymes. "On a les preuves qu'une société a engagé des trolls" pour répondre à ses postes sur les réseaux sociaux, raconte-t-elle.

"Des dizaines de personnes me demandent de retirer ma plainte, en m'envoyant des versets du Coran, en me disant qu'à cause de moi un homme est en danger." Henda Ayari est la première de quatre femmes à avoir accusé Tariq Ramadan de viol. Depuis, elle assure avoir reçu plusieurs messages de la part de femmes confiant avoir été également victime du prédicateur. "Elles avaient très peur."

Sans protection, Henda Ayari ne se sent pas en sécurité et demande à "être rassurée". Laurent Wauquiez lui a déjà promis qu'il ferait le nécessaire, et Marlène Schiappa devrait la recevoir prochainement. Quant à Tariq Ramadan, elle devrait le confronter d'ici le "mois prochain". "J'attends cette confrontation, dit-elle. Je vais lui demander de dire la vérité."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/