2 min de lecture Bernard Tapie

Affaire Tapie : "C'est Nicolas Sarkozy qui est visé"

Bernard Tapie était l'invité lundi soir du journal télévisé de France 2. L'homme d'affaires se dit "persécuté" et estime que la véritable personne visée dans cette affaire est Nicolas Sarkozy.

Bernard Tapie sur France 2
Bernard Tapie sur France 2 Crédit : DR / France 2
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Il va bien et il n'a rien perdu de sa combativité. Bernard Tapie était l'invité, lundi soir, du journal télévisé de France 2. Il est évidemment revenu sur ces quatre jours de garde à vue la semaine dernière, une durée "excessivement rare" pour "les affaires financières". "Ça a été long et difficile à vivre, mais moins que les cinq semaines que les médias m'ont fait vivre avant", a-t-il ajouté. "Je n'ai jamais vu un tel acharnement", a-t-il encore dit.

Ça a été long et difficile à vivre, mais moins que les cinq semaines que les médias m'ont fait vivre avant.

Bernard Tapie
Partager la citation
>
Bernard Tapie : "C'est de l'acharnement" Crédit Média : France 2 | Durée : | Date :

Pourtant, Bernard Tapie estime que ce n'est pas vraiment lui qui est visé dans l'affaire qui porte son nom mais Nicolas Sarkozy. L'homme d'affaires dédouane pourtant l'ancien chef de l'État de toute influence dans le dossier. "Il n'est pas pensable que Nicolas Sarkozy n'ait pas donné son feu vert, mais entre donner son vert et être à la manœuvre", a-t-il déclaré, "je peux voir Nicolas Sarkozy 30 fois et ne pas lui parler de mon cas. Je peux avoir comme amie Mme Taubira, je ne l'appellerai pas", a-t-il ajouté.

Je peux voir Nicolas Sarkozy 30 fois et ne pas lui parler de mon cas.

Bernard Tapie
Partager la citation

Pour Bernard Tapie, le constat est simple. Cette affaire est le résultat d'un "complot". Le mot est de lui, comme cette réponse, toute franche, qu'il a adressé à David Pujadas après que celui-ci lui aie demandé s'il se sentait persécuté. "Vous vous foutez de ma gueule ?", a répondu l'homme d'affaires. 

Les acteurs de l'affaire Tapie
Les acteurs de l'affaire Tapie Crédit : Idé

"Il y a deux France : la France de ceux qui ont le droit et le France de ceux qui n'ont pas le droit", a-t-il ajouté, s'inscrivant dans la deuxième. "Vous êtes tellement partisan de la France qui pleure, de la France haineuse. Vous vous rendez compte ? Il a gagné de l'argent. Je n'ai récupéré que 20% de ce qu'on m'a volé", s'est emporté Bernard Tapie. "Je suis un franchouillard. J'aime ce pays. Quand ils m'ont tout pris, je suis resté", a-t-il plaidé.

La rédaction vous recommande

J'ai proposé aux juges de donner l'ensemble des actions de toutes mes holdings en garantie.

Bernard Tapie
Partager la citation
À lire aussi
Bernard Tapie, le 4 avril 2019 à Paris Bernard Tapie
Bernard Tapie : "Les nouvelles ne sont pas bonnes" confie l'homme d'affaire sur sa santé

Il est resté et il restera. Car dans l'affaire de l'arbitrage, Bernard Tapie se dit sûr de gagner. "J'ai proposé aux juges de donner l'ensemble des actions de toutes mes holdings en garantie", a-t-il assuré devant David Pujadas. Il n'y a pas eu "entourloupe  dans l'arbitrage". Même pas dans sa relation supposée avec l'un des trois arbitres, Pierre Estoup ? "Il ne me connaissait pas et je ne le connaissais pas", a juré Bernard Tapie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bernard Tapie Nicolas Sarkozy Adidas
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants