1 min de lecture Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault relance malgré lui le débat sur les 35 heures

Un nouveau "couac" gouvernemental ? Une phrase de Jean-Marc Ayrault sur un éventuel retour aux "39 heures" a relancé mardi le débat sur cette mesure emblématique de la gauche, en pleine réflexion sur les moyens d'accroître la compétitivité des entreprises françaises. Le Premier ministre a ensuite corrigé le tir, affirmant qu'il n'était "pas question de revenir sur les 35 heures".

L'opposition tente d'exploiter le manque d'autorité supposé du Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour alimenter le procès en amateurisme fait au gouvernement.
L'opposition tente d'exploiter le manque d'autorité supposé du Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour alimenter le procès en amateurisme fait au gouvernement. Crédit : AFP / Archives, Fred Dufour
micro générique
La rédaction de RTL et Yaël Goosz

Correction de tir

A un lecteur du "Parisien - Aujourd'hui en France" qui lui demande "si, demain, on revenait à 39 heures payées 39, des gens seraient peut-être ravis ?", le Premier ministre répond : "Développez ce point de vue, mais vous verrez qu'il fera débat". "Mais pourquoi pas ? Il n'y a pas de sujet tabou. Je ne suis pas dogmatique", continue-t-il dans des propos que l'on peut lire dans l'édition de mardi du quotidien.

"Il ne faut pas supprimer les 35 heures", a déclaré Michel Sapin sur RTL, jugeant qu'il ne fallait pas interpréter de façon erronée cette phrase du Premier ministre. "Il faut maintenir à 35 heures la durée légale du travail. Au delà, ce sont des heures supplémentaires", a lancé le ministre du Travail.

"Pas question de revenir sur les 35 heures", a corrigé un peu plus tard Jean-Marc Ayrault sur France Inter. Et de préciser : "Il n'y aura rien dans le rapport Gallois sur les 35 heures".

"Eclair de lucidité"

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a salué une "excellente nouvelle". "On peut enfin parler de la question de la durée du travail dans notre pays".

"Je ne veux pas commenter des maladresses, mais il y a une chose qui est sûre, c'est que si c'est pour faire 39 heures payées 39, y a les heures supplémentaires pour ça ; si c'est pour remettre en cause la durée légale du travail à 35 heures, il n'en est pas question", a affirmé le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque.

Valérie Pécresse, ex-ministre (UMP) du Budget, a salué ce qu'elle a appelé "l'éclair de lucidité de Jean-Marc Ayrault" sur les 39 heures de travail hebdomadaires, mais elle a aussi dénoncé un nouveau "couac" gouvernemental. Jean-François Copé, le secrétaire général du principal parti d'opposition, s'est dit mardi prêt à "ouvrir immédiatement" le dialogue avec le gouvernement.

"Il y aura sûrement un débat" sur un retour à la semaine de 39 heures, a déclaré de son côté le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, pour qui le Premier ministre, dans ses propos au "Parisien/Aujourd'hui en France", se prononce contre cette mesure.

Lire la suite
Jean-Marc Ayrault Politique Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants