2 min de lecture Jamel Debbouze

Jamel Debbouze : "Je suis un blédard, mais pas tant que ça"

INVITÉ RTL - Jamel Debbouze est venu parler de son nouveau film, "Né quelque part", dans lequel il interprète le personnage d'un jeune "blédard".

Jamel Debbouze "Né quelque part", film qu'il a coproduit
Jamel Debbouze "Né quelque part", film qu'il a coproduit
micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Dans "Né quelque part" sorti ce mercredi, Jamel Debbouze incarne un type attachant quoique un peu baratineur, dans une fiction qui questionne les grands thèmes de l'identité, de l'origine et de la transmission. 

Le film raconte l'histoire d'un jeune français d'origine algérienne (Tewfik Jallab alias Farid) obligé de retourner dans son pays pour sauver la maison de son père. Coincé sur la terre de ses ancêtres, le héros fait le point sur ses racines, et rencontre son grand arnaqueur de cousin, interprété par Debbouze.

Venu parler de ce film au micro de RTL, l'humoriste en a profité pour aborder le thème de l'immigration, le fait d'être à cheval sur deux cultures, son attachement à ses parents et ses racines marocaines.

Il dédie ce film à ses parents

"J'ai des parents qui ont fait le voyage du Maroc à la France, ça a été un sacrifice terrible pour eux. Ils ont laissé plein de choses au pays mais c'était essentiellement pour nous donner un bel avenir", explique Jamel Debbouze. "Ils ont eu raison de le faire, je les remercie"

À lire aussi
VIDÉO - Greta Thunberg à l'ONU : "C'est puissant", dit Jamel  Debbouze sur RTL environnement
VIDÉO - Greta Thunberg à l'ONU : "C'est puissant", dit Jamel Debbouze sur RTL

"Aujourd'hui, j'ai l'âge de me retourner sur leur parcours, en plus de l'amour que je leur porte. Je leur voue une admiration sans borne", ajoute l'humoriste.

"Ce voyage-là, il a été tellement éprouvant pour eux, je ne m'en suis pas rendu compte tout de suite (...) Ils sont arrivés ici sans aucun repère", réalise à présent le fils reconnaissant. "Au fur et à mesure des années, on s'est rendu compte qu'ils avaient mis de l'argent de côté pour construire une maison au bled et que leur rêve ultime c'était qu'on y retourne tous un jour. Mais évidemment, on est nés ici, on a grandi ici !", poursuit-il.

"Blédard" mais pas trop

Jamel Debbouze explique avoir un "parcours assez atypique", qui le différencie du héros de "Né quelque part", un jeune qui ne découvre son pays d'origine qu'à l'âge de 25 ans : "Mes parents nous ont envoyé au bled très tôt. J'y ai vécu de 2 à 5 ans, et c'est seulement à l'âge de 5 ans que je suis arrivé à Barbès".

L'humoriste raconte que ces 3 années passées au Maroc le font se sentir "blédard", mais "pas tant que ça non plus" puisque "quand on arrive au bled on nous appelle les immigrés. Et ici, on est aussi les immigrés !", s'exclame-t-il, avant de conclure : "On a le sentiment d'être vraiment chez nous nulle part, c'est pour ça qu'on se comporte comme si on était chez nous partout !"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jamel Debbouze Cinéma Culture-loisirs
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants