1 min de lecture Faits divers

Arrêté dans une caravane après avoir mené la vie de château

Un escroc a été interpellé dans une caravane près de Sedan, dans les Ardennes. Et pourtant il avait plutôt mené la vie de château. Charles Mouche, la soixantaine, soupçonné d'avoir escroqué l'an dernier avec deux complices 3,2 millions d'euros à une riche veuve de la Côte d'Azur vient d'être interpellé par les enquêteurs de la division économique et financière de la PJ de Nice.

L'hôtel Negresco à Nice
L'hôtel Negresco à Nice Crédit : AFP
Pierre Thébault Journaliste RTL

L'escroc présumé s'était installé dans une caravane dans un camp de gens du voyage près de Sedan dans les Ardennes.

La victime de cette arnaque, une Belge de 70 ans, qui possède une villa sur les hauteurs de Villefranche-sur-Mer a été trompée et risque ne jamais revoir son argent.

Cet homme, qui vivait reclus dans une caravane dans un camp de gens du voyage près de Sedan (Ardennes), a été arrêté le 18 février à Dom-Le-Mesnil par une équipe composée de policiers de Nice et de Reims, ainsi que des fonctionnaires de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO).

L'escroc présumé se savait recherché depuis que son portrait avait été largement diffusé dans la presse après une plainte de la retraitée.

Lors du coup de filet, l'un des complices a réussi à échapper à la police, tandis qu'un troisième individu soupçonné d'avoir participé aux faits n'est pas encore identifié.

Début 2011, le sexagénaire avait ferré sa victime, résidant à Monaco, en se faisant passer pour l'acquéreur potentiel d'une villa qu'elle possédait à Villefranche-sur-Mer, près de Nice, prétendant travailler pour le compte de Saoudiens.

Quelques mois plus tard, le beau parleur lui présente un ami prétendument commissaire-priseur et propose qu'ils s'associent pour acquérir deux statuettes, dont l'une de Giacometti.

Ils lui soutirent ainsi 50.000 euros et, quelques temps plus tard, lui restituent de l'argent, faisant croire qu'ils avaient revendu l'une des oeuvres en empochant un bénéfice.

Ensuite, un soi-disant marchand d'art est parvenu à lui faire acheter pour plus de 3 millions d'euros d'œuvres d'art, authentiques ou non.

La riche veuve ne s'est mise à avoir des soupçons que lorsque l'un des malfrats a tenté de lui faire croire que des sommes avait été confisquées par la police en Russie.

Prise de doutes, la dame a fait expertiser une statuette qui s'est avérée  un faux, puis a déposé plainte.

(avec AFP)

Lire la suite
Faits divers Escroquerie Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants