2 min de lecture Irak

Au Kurdistan irakien bombardé par l'armée turque : "Même Daesh ne fait pas ça"

REPLAY - Dans la région autonome du Kurdistan irakien, un petit village a essuyé les bombardements de l'armée turque.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
A Zergele (Turquie), plusieurs victimes civiles dans les bombardements contre le PKK. Crédit Image : AFP | Crédit Média : Emilienne Malfatto pour RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen
et La rédaction de RTL

Depuis le 24 juillet, la Turquie bombarde le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et notamment ses bases dans les montagnes de Qandil, au nord de l'Irak, dans la région autonome du Kurdistan irakien. Mais samedi 1er août, c’est le village de Zergele, au pied du massif montagneux, qui a été la cible des avions turcs. Le gouvernement kurde a fait état de plusieurs victimes civiles, ce qui a été démenti par Ankara.

"Même Daesh ne fait pas ça !"

“Un corps était ici, je pense qu’il y en a encore qui n’ont pas été récupérés. Le sang est toujours présent. Regardez le sang ! Et tous les corps là-bas”. Un habitant du petit village sans histoires du Kurdistan irakien constate le désastre. À ses pieds, dans les ruines encore fumantes, des morceaux de cadavre n’ont toujours pas été enlevés, explique Emilienne Malfatto pour RTL

Samedi 1er août au petit matin, les quelques maisons de ce hameau ont été bombardées par les avions de l’armée turque. “Deux premières frappes ont fait des blessés, puis selon des témoins, les avions sont revenus, et ont bombardé les habitants venus secourir les blessés”, poursuit la journaliste. Le bilan : 9 personnes tuées. Parmi eux, deux seraient des membres du PKK venus aider les blessés, les autres sont des civils. 

“Quand je suis arrivé, j’ai vu des vieux blessés, des vieilles femmes blessées, des enfants blessés. Même Daesh ne fait pas ça”, témoigne un habitant d’un village voisin, venu porter secours aux victimes. Depuis, les familles rescapées ont fui le village de Kergele, car Ankara a affirmé que les frappes continueraient.

Regain de violence entre la Turquie et le PKK

À lire aussi
Une manifestation de jeunes Irakiens à Bagdad, le 17 novembre 2019. crise politique
Irak : ils reprennent "Bella Ciao" en arabe pour protester contre le régime

Depuis le 24 juillet, la Turquie est en proie a un cycle de violences entre la rébellion kurde du PKK, considérée comme une organisation terroriste par l'Otan, et l'armée turque, mettant fin à trois années d'accalmie. Selon un décompte de l'AFP, au moins 20 membres des forces de l'ordre ont été tués depuis la fin de la trêve il y a quinze jours entre la guérilla et le pouvoir central. L'armée affirme avoir tué plus de 260 combattants dans ses bombardements quotidiens.

Ce regain de tensions fait suite à l'attentat suicide de Suruç, dans le sud du pays, le 20 juillet, qui a fait 32 morts parmi les jeunes militants de la cause kurde. L'attentat a été attribué au groupe Etat islamique (EI) mais la guérilla kurde a aussitôt répliqué contre les forces de l'ordre turques, accusées de ne pas protéger la population locale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Irak International Turquie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants