1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Volkswagen accusé de tricherie sur les contrôles antipollution aux États-Unis
1 min de lecture

Volkswagen accusé de tricherie sur les contrôles antipollution aux États-Unis

REPLAY - Avis de tempête pour Volkswagen, accusé de tricherie aux État-Unis pour avoir dissimulé le niveau réel des émissions de gaz polluants de certaines voitures. Le constructeur allemand risque gros.

Christophe Bourroux
Christophe Bourroux
Crédit : Rigondeaud Damien
Volkswagen accusé de tricherie sur les contrôles antipollution aux États-Unis
02:15
Christophe Bourroux & Loïc Farge

C'est une ardoise colossale que pourrait avoir à régler Volkswagen : 18 milliards de dollars, ce qui représente tout de même 37.500 dollars par voiture. La marque allemande est, en réalité, soupçonnée d'avoir contourné les normes antipollution américaines. Selon une enquête, Volkswagen aurait ainsi conçu un logiciel permettant à des véhicules diesel de réduire leurs émissions pendant les tests anti-pollution, mais qui resteraient inactif le reste du temps. Autrement dit, les voitures pourraient émettre une quantité d'oxyde d'azote jusqu'à quarante fois supérieure aux normes.

Résultat, tous les modèles concernés, qui vont de l'Audi A3 à la Golf en passant par la Passat, pourraient être rappelés. Un demi-million de modèles au total devraient ainsi devoir reprendre le chemin des concessions.

"VW" à la peine aux USA

Ces accusations tombent mal pour Volkswagen, qui souffre depuis des mois sur le marché américain. Un marché à 16,5 millions de voitures. Autant dire le plus grand de la planète avec la Chine. Depuis le début de l'année, ça patine puisque Volkswagen n'a vendu que 238.000 véhicules aux États-Unis, contre 1,15 million pour son grand concurrent Toyota. Encouragé par la réglementation, qui impose des véhicules peu gourmands,Volkswagen a tout misé sur le diesel.

Or ces véhicules sont jugés trop chers, et ce n'est pas vraiment la religion des Américains qui, avec le gaz de schiste et la baisse du cours du pétrole, retrouvent le chemin des énormes pick-up essence.

À lire aussi

Le grand patron de Volkswagen en personne, Martin Winterkorn, s'est excusé auprès de ses clients. Mais en terme d'image c'est catastrophique. Un sacré coup dur qui risque de freiner la montée en régime du groupe allemand, dans la roue de Toyota pour la place de numéro 1 mondial.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/