1 min de lecture Dominique de Villepin

"Cela fait cinq ans que je crie dans le désert à froid !"

Dominique de Villepin était l'invité de "RTL Midi" vendredi pour réagir à la mort de quatre soldats français, tués par un militaire afghan dans la province de Kapisa. "Cela fait cinq ans maintenant que je répète que notre stratégie militaire est inadaptée", a déclaré l'ancien Premier ministre.

Dominique de Villepin sur RTL le 21 octobre 2011
Dominique de Villepin sur RTL le 21 octobre 2011 Crédit : RTL
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Elizabeth Martichoux

Extraits :

Diriez-vous que c'est l'attentat de trop ?

"C'est une nouvelle épreuve et je tiens à exprimer aux familles des victimes mon émotion et ma solidarité. Cela fait cinq ans maintenant que je répète que notre stratégie militaire est inadaptée. Donc ce que je souhaite c'est que ce nouveau drame nous conduise véritablement à changer de stratégie en Afghanistan c'est une question à la fois de stratégie et de calendrier".

Mais changer de stratégie c'est faire ce que fait le président de la République ce matin devant les ambassadeurs c’est-à-dire poser la question d'un retrait anticipé et suspendre les opérations ?

"C'est tirer les conséquences de cet échec militaire en Afghanistan. Donc oui il faut accélérer le calendrier. Quand j'étais à Matignon en 2007, à la veille des élections présidentielles nous avions engagé le retrait de nos troupes en supprimant les forces spéciales. C'est la seule solution compte tenu de la situation actuellement en Afghanistan. Il faut passer d'une stratégie militaire à une stratégie politique économique et sociale. Et le fait qu'il y est en Afghanistan que des forces occidentales et aucune force régionale doit nous interpeller.

Il faut impliquer les pays de la région qui nous regardent en spectateurs : le Pakistan, l'Inde, la Russie, l'Iran. Nous avons besoin que ces pays prennent leurs responsabilités, organisons une conférence régionale pour passer la main sur le terrain à ces états, qui ont une responsabilité vis-à-vis de l'Afghanistan. Et pour qui, un nouvel effondrement de l'Afghanistan serait un drame aux conséquences très importantes." 

Est-ce qu'on n'est pas en train de céder au terrorisme ?

"Pas du tout, Le terrorisme il faut le combattre avec les bons moyens. Or, envoyer en Afghanistan et maintenir aussi longtemps (depuis 2001) des troupes exposées sur un terrain qui n'est pas le leur avec une population réticente et qui les considère comme des forces venues de l'étranger et des forces d'occupation, et bien à l'évidence il faut constater que ce n'est pas la bonne solution."

Dire cela le jour d'un attentat, pardon, mais est-ce que ce n'est pas donner raison aux terroristes ?

"Je pars du principe qu'il vaut mieux tard que jamais. Que le Président de la République, chef des Armées, prenne conscience du caractère absurde de notre présence là-bas sur les modalités actuelles. Au lendemain d'un nouvel attentat, que cela soit à quelques mois des élections, je regrette bien évidemment que tout cela se fasse à chaud et dans la précipitation mais cela fait cinq ans que je crie dans le désert à froid. Donc moi, je voudrais malgré tout que la prise de conscience se fasse quand même. Vous avez raison on aurait pu choisir un meilleur  moment et on aurait pu sans doute éviter la mort de beaucoup d'hommes. Mais mieux vaut tard que jamais !"

Vous diriez qu'ils sont morts pour rien, ces soldats français ?

"Je n'irai pas jusque-là. Je suis d'une famille de militaire. Et je sais ce qu'est le sacrifice de nos soldats, je sais qu'ils sont morts pour une cause qu'ils croyaient juste. Mais une fois de plus la responsabilité politique, la responsabilité du commandement c'est d'évaluer  l'objectif et les moyens que l'on met en place. Et je regrette que nos soldats sur place n'aient pas eu les moyens de mener le combat qui était le leur tout simplement parce que la politique a fait défaut: par manque de connaissance de l'Afghanistan, par esprit de croisade et parce que nous avons perdu le bon sens. On ne peut pas gagner en Afghanistan.

Esprit de croisade, vous voulez dire que l'on s'est soumis aux Américains ?

"Les Américains n'ont pas de stratégie en Afghanistan. Il appartenait alors aux autres pays, dont la France, je pense que la France avait une responsabilité de chef de file. La France n'a pas exercé cette responsabilité-là, pour vanter les mérites d'une autre stratégie, pour imputer les pays de la région, pour définir un calendrier, nous n'avons pas eu l'autorité pour le faire. Et c'est pour cela que j'ai regretté le retour dans l'OTAN.

Vous avez, le retour dans l'OTAN, il n'avait de sens que si nous étions capable de défendre une politique de défense européenne et capable de tenir tête aux américains. Et dans ce contexte-là, nous voyons bien que cet alignement dans le cadre de l'OTAN  sur la politique américaine n'a ni servi à la France, ni servi aux américains, ni servi à des solutions sur place en Afghanistan."

Lire la suite
Dominique de Villepin Afghanistan Décès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants