1 min de lecture Argentine

VIDEOS - Il y a 30 ans, la Guerre des Malouines

Depuis 30 ans, le conflit dure. En silence, certes, mais il se poursuit. Le 2 avril 1982 était déclenchée la guerre des Malouines entre l'Argentine et le Royaume-Uni qui provoquera la chute de la dictature argentine et un regain de popularité de Margaret Thatcher, attisant un différend toujours irrésolu. Retour sur cette drôle de guerre au bout du monde qui a fait près de 2.000 morts...

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Comprendre la guerre des Malouines en 3 minutes :
(cliquez sur l'image)
Il y a 30 ans, la Guerre des Malouines : ce qui s'est passé

2 avril 1982 : les troupes argentines débarquent aux îles Malouines

Le dictateur argentin Leopoldo Galtieri, qui affrontait une grave crise économique et venait de subir une grève générale, dépêche une force amphibie qui prend les îles à l'aube du 2 avril. A l'annonce du débarquement dans l'archipel situé dans l'Atlantique sud - pris le 3 janvier 1833 par un navire militaire britannique qui y a délogé les autorités argentines - le pays est en liesse. Les écoliers manifestent et une foule envahit la place centrale à Buenos Aires.

La junte au pouvoir en Argentine depuis 1976, alliée des Etats-Unis dans la lutte contra la guérilla en Amérique Centrale en pleine guerre froide, croyait à une neutralité bienveillante de Washington pouvant permettre une issue diplomatique avec l'intervention de l'Onu.
Mais c'était sans compter avec la poigne du Premier ministre britannique Margaret Thatcher, qui écarte toute possibilité de négociation et envoie une flotte récupérer les îles, contraignant Washington à la soutenir.

Le Royaume-Uni de Thatcher pris de court

Le "rapport Rattenbach", du nom du général argentin qui a mené l'enquête, que la présidente Cristina Kirchner vient de déclassifier, qualifiera le conflit d'"aventure militaire" sans "préparation ni organisation". "Le plan était d'attaquer les îles entre le 25 mai et le 9 juillet 1982, mais l'agitation sociale croissante a précipité les choses", explique l'historien Felipe Pigna.

Au Royaume-Uni, une foule se presse pour encourager la flotte qui part défendre la population des îles otage d'une dictature, dans un élan similaire à la ferveur argentine. Pris de court et sans "plan B" face à la réaction britannique, la junte doit improviser les préparatifs d'une guerre qu'elle n'avait pas prévue. "L'erreur fondamentale de l'Argentine a été d'ordre stratégique : la guerre elle-même", dit Juan Recce, expert au Centre argentin d'études internationales.

649 morts argentins et 255 britanniques

L'armée argentine, spécialisée dans la répression (l'ennemi intérieur), s'appuyant aux Malouines sur des appelés sans formation (7 soldats sur dix), n'est pas prête pour combattre une armée professionnelle et bien équipée. Les appelés auront faim et froid et seront souvent torturés par leurs propres supérieurs, qui les laisseront, à quelques exceptions près, seuls en première ligne. Trente ans après, certains d'entre eux viennent de porter plainte pour obtenir que leurs supérieurs de l'époque soient enfin jugés.
Le Général Belgrano, un croiseur argentin datant de la Seconde Guerre Mondiale, est coulé par un sous-marin britannique en dehors de la Zone d'Exclusion délimitée par le Royaume-Uni, tuant 323 membres de l'équipage. Margaret Thatcher, qui a donné l'ordre, met ainsi fin à toute initiative diplomatique encouragée par la junte. La marine argentine se replie.

L'aviation argentine est seule en mesure de répondre et coule le 4 mai le Sheffield avec un missile Exocet lancé par un Super Etendard, tous deux d'origine française. plusieurs navires britanniques sont ensuite coulés par une aviation téméraire, même si beaucoup de bombes touchent sans exploser. Mais le débarquement britannique, dans la baie de San Carlos, ne peut être empêché. Des combats très durs suivent vers la capitale des Malouines à l'est : Darwin tombe le 29 mai, Mount Longdon, le plus féroce, le 11 juin et Tumbledown le 13 juin. Le général argentin Benjamin Menendez se rend le 14 juin.

La guerre, qui fait 649 morts argentins et 255 britanniques, ouvre la voie au retour dès l'année suivante de la démocratie en Argentine. Elle permet aussi à Mme Thatcher de devenir très populaire et, à terme, le Premier ministre britannique resté le plus longtemps au pouvoir au XXème siècle (1979-1990).

Lire la suite
Argentine Grande-Bretagne Conflit
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants