1 min de lecture Opération Barkhane

VIDÉOS - Mali : les manifestations contre les militaires français se multiplient

Les habitants de Kidal dans le nord-est du Mali ont encore manifesté lundi 9 octobre pour réclamer le départ de la force française Barkhane.

Des soldats français de l'opérations Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015.
Des soldats français de l'opérations Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015. Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Loïs Richard et AFP

Jets de pierres, panneaux renversés, banderole "Barkhane dégage"... Depuis le 6 octobre des habitants de Kidal, dans le nord-est du Mali, ont manifesté à plusieurs reprises pour réclamer le départ de la force française Barkhane. Une troisième manifestation s'est tenue lundi.

"Nous avons manifesté et nous continuerons de manifester parce que les troupes françaises doivent dégager", a déclaré l'un des organisateurs de la manifestation à l'AFP, "Elles n'ont rien à faire ici. Elles sont trop brutales, elles interviennent sans précaution dans des domiciles privés".

Ces manifestations font suite à un raid des militaires français contre une maison "soupçonnée d'appartenir à un présumé trafiquant, présumé proche des djihadistes", a indiqué une source étrangère présente au Mali à l'AFP. 4 des 7 personnes arrêtées auraient été libérées depuis. 

Une ville contrôlée par d'ex-rebelles touareg

La vague de protestations intervient aussi à l'occasion du 1er anniversaire de la mort d'un chef local. La population accuse la France de l'avoir assassiné au moyen d'une bombe collante placée sur son véhicule et activée lors de son retour d'une réunion de sécurité du camp militaire de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma). Une enquête est en cours.

À lire aussi
François Lecointre, le chef d'état-major des armées sur RTL le 14 mai 2019 opération Barkhane
Burkina Faso : Emmanuel Macron a donné le feu vert "rapidement", dit le général Lecointre sur RTL

La ville de Kidal est contrôlée par un rassemblement d'ex-rebelles touareg. Un gouverneur nommé par l'État malien a pris son poste dans la localité depuis fin août. Aucun représentant du gouvernement Bamako n'était présent dans la ville depuis 3 ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Opération Barkhane Militaires Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants