3 min de lecture Syrie

VIDÉO - Les enfants d'Alep brûlent des pneus pour freiner les bombardements

Baptisé "Brigade de défense aérienne", un groupe d'enfants tente de freiner l'armée syrienne dans les quartiers rebelles assiégés.

>
Des enfants brûlent des pneus pour freiner les bombardements à Alep, le 31 juillet 2016. Crédit Image : DIMITAR DILKOFF / AFP |
Liselotte Mas

La ville d'Alep est complètement encerclée par l'armée syrienne depuis le 17 juillet et les bombardements sont incessants. Malgré l'ouverture de corridors "humanitaires" par l'allié russe de Bachar al-Assad et les promesses d’amnistie pour les combattants, les rebelles sont nombreux a tenir position dans les quartiers assiégés de cette grande ville du nard du pays. 

À leurs côtés, des grappes d'enfants, parfois très jeunes, brûlent des pneus un peu partout dans la ville. Les fumées, noires et épaisses, obscurcissent le ciel et rendent les bombardements aériens plus difficiles. Enfants soldats malheureusement devenus communs dans ce pays déchiré par la guerre, ces jeunes Alépins ont les mains noircies par le caoutchouc des gommes. Ils s'activent particulièrement ces derniers jours, alors que la ville est dans une situation critique.

"Nous avons récupéré des pneus usés dans les garages et autres lieux de stockage. Nous avons aussi enlevé les pneus des voitures en piteux état. Nous avons mis le feu aux pneus à l’aide de sacs plastiques et de tissus enflammés que nous placions juste en dessous. La fumée noire qui se dégage de cette combustion nous protège un temps des raids aériens, notamment russes, dont les raids sont plus précis que ceux de l’aviation syrienne", témoigne un jeune homme qui a participé à cette initiative sur le site des Observateurs de France 24

Un activiste syrien a partagé des photos de la "Brigade de défense aérienne", constituée d'enfants très jeunes. 

À lire aussi
Des jihadistes de l'État islamique, le 17 mars 2014. (illustration) jihadisme
Deux jihadistes toulousains partis combattre en Syrie voient leurs peines réduites

Pour comprendre l'ampleur de leur "travail", on peut voir les rues littéralement jonchées de pneus en flammes. Un journaliste de la BBC a partagé une vidéo montrant ces nuages de fumée. 

Les enfants souffrent considérablement dans cette guerre qui a fait près de 80.000 morts civils, dont 14.000 enfants, selon un bilan récent de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Ils sont recrutés comme soldats par la plupart des belligérants, le Front al-Nosra (récemment rebaptisé Front Fateh al-Cham après une scission formelle d'Al-Qaïda), le groupe jihadiste État islamique, d'autres groupes rebelles et, dans une bien moindre mesure, par l'armée syrienne, ses alliés et les forces kurdes du YPG (Unités de protection du peuple), selon un rapport de l'ONU

Les jeunes Alépins de la "Brigade de défense aérienne" ne portent pas les armes mais se trouvent enfermés dans une zone extrêmement dangereuse. Depuis l'encerclement des quartiers rebelles d'Alep, dans lesquels ils se trouvent, par les forces d'Assad et leurs alliés, les chances de survie des opposants au régime sont minimes. Désespérés et rejetant les appels à déposer les armes émis par Damas - dont ils doutent de la fiabilité - ils ont appelé à l'aide les jihadistes du Front al-Nosra pour tenter de briser le siège. Une contre-offensive a été menée dimanche mais a été endiguée presque entièrement mercredi par les forces loyalistes. 

L'utilisation de cette fumée apparaît comme un dernier recours, dans l'espoir de limiter les dégâts des bombes qui pleuvent sur la ville. Les quelque 250.000 citoyens, épuisés, vivent dans des conditions très difficiles avec un accès très restreint aux vivres. Une exaspération confirmée dans une vidéo partagée par le journaliste activiste Rami Jarrah montrant un Alépin s'adressant aux écologistes, "désolé de polluer l'air avec les fumées des pneus".

"Nous nous excusons auprès des organisations de protection de l'environnement, nous brûlons des pneus à Alep. Bien sûr, cela va entraîner une pollution de l'environnement, endommager la coucher d'ozone. Nous en sommes désolés mais nous brûlons ces pneus à Alep pour arrêter les crimes des Russes et du régime d'Assad, empêcher les avions d'attaquer. Nous sommes vraiment désolées, s'il vous plait pardonnez-nous. Mais vous avez tous tourné le dos au peuple syrien, vous nous avez abandonnés en créant une zone d'exclusion aérienne et cela nous a forcés à brûler ces pneus", a-t-il lancé, masque sur la bouche. 

Et si les pneus venaient à manquer, les enfants de la "Brigade" ont trouvé une solution de rechange : brûler leurs vêtements pour continuer de charger le ciel de fumée. 

La rébellion, dont la défaite semble inéluctable à Alep, vit des moments déterminants dont dépend l'avenir de ce conflit. Elle n'hésite pas à utiliser tous les moyens dont elle dispose, dont les enfants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Vidéo Alep
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants