1 min de lecture Boko Haram

Valérie Trierweiler : "Ce sont toujours les femmes qui payent le prix de la guerre"

RÉACTION - L'ancienne première dame apporte son soutien aux 200 lycéennes enlevées au Nigeria par Boko Haram. Ces jeunes filles sont "le symbole de l’oppression des femmes".

Valérie Trierweiler était présente au rassemblement, au Trocadéro, le 13 mai, pour soutenir les filles enlevées par la secte Boko Haram
Valérie Trierweiler était présente au rassemblement, au Trocadéro, le 13 mai, pour soutenir les filles enlevées par la secte Boko Haram Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
160x130 - Laura Maucci
Laura Maucci Journaliste RTL

"Rendez-nous nos filles". Le message continue d’être diffusé et s’intensifie. Des associations ainsi que des personnalités sont venues soutenir les familles des 200 lycéennes nigérianes enlevées par les islamistes de Boko Haram, ce mardi 13 mai, au Trocadéro, à Paris. 

Valérie Trierweiler et Carla Bruni mobilisées

Boko Haram signifie en langue Haoussa, "l'éducation occidentale est un péché". Yamina Benguigui était présente avec Sandrine Kimberlain et deux anciennes premières dames, Carla Bruni et Valérie Trierweiler

L'ancienne compagne de François Hollande est très mobilisée. Elle explique avoir eu un déclic après avoir "entendu un des pères d’une jeune fille. Il pleurait et disait que tous les pays du monde s’étaient mobilisés pour retrouver l’avion disparu alors que personne ne faisait rien pour retrouver ces lycéennes, enlevées, qui n’étaient pas loin. J’en ai eu la chair de poule et je me suis dis qu’il fallait faire quelque chose", raconte-t-elle.

Un sommet sur la sécurité organisé à Paris

À lire aussi
Le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, dans une vidéo de propagande (illustration). Tchad
Tchad : au moins 11 militaires morts après une attaque attribuée à Boko Haram

Valérie Trierweiler estime que "c’est important d’afficher notre soutien à ces jeunes filles. Il faut montrer qu’elles sont le symbole de toutes les femmes opprimées dans le monde. Ce sont toujours les femmes qui payent le prix de la guerre". 

De son côté, François Hollande prend la tête de la contre-offensive. Il organisera un sommet sur la sécurité au Nigeria samedi 17 mai, à Paris avec plusieurs dirigeants africains. Sur le terrain, des avions espions américains survolent le Nord du Nigéria.  

>
Valérie Trierweiler : "Les femmes payent le prix des guerres" Crédit Image : Kervin Portelli | Crédit Média : Laura Maucci | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Boko Haram International Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771933769
Valérie Trierweiler : "Ce sont toujours les femmes qui payent le prix de la guerre"
Valérie Trierweiler : "Ce sont toujours les femmes qui payent le prix de la guerre"
RÉACTION - L'ancienne première dame apporte son soutien aux 200 lycéennes enlevées au Nigeria par Boko Haram. Ces jeunes filles sont "le symbole de l’oppression des femmes".
https://www.rtl.fr/actu/international/valerie-trierweiler-ce-sont-toujours-les-femmes-qui-payent-le-prix-de-la-guerre-7771933769
2014-05-13 13:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/2NyokeJyxywetMfdoREOMQ/330v220-2/online/image/2014/0513/7771934133_valerie-trierweiler-etait-presente-au-rassemblement-au-trocadero-le-13-mai-pour-soutenir-les-filles-enlevees-par-la-secte-boko-haram.jpg