1 min de lecture Israël

Un commando attaque un poste-frontière entre l'Egypte et Israël : 21 morts

Cinq membres d'un commando qui ont attaqué dimanche un poste-frontière entre l'Egypte et Israël, tuant 16 gardes-frontière égyptiens avant de pénétrer avec un blindé en territoire israélien, ont été tués. "Les corps de ces cinq hommes qui portaient des armes ont été retrouvés par l'armée", a-t-il dit. Le bilan est donc lourd : 21 personnes sont mortes.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Un attentat en préparation

"Nous étions prêts car nous disposions d'informations préalables du Shin Beth (service de sécurité) et des services du renseignement militaire ce qui a permis de faire échec à un attentat sanglant", a pour sa part indiqué à la radio militaire le général Yoav Mordehai, porte-parole en chef de l'armée.

Le véhicule blindé dont le commando s'était emparé a "tiré dans toutes les directions après avoir pénétré en territoire israélien avant d'être attaqué par des blindés et l'aviation", a-t-il poursuivi. Le général a qualifié les membres du commando "d'éléments du jihad mondial basés dans le Sinaï, devenu une serre pour le terrorisme mondial en raison de la faiblesse du contrôle exercé" par l'Egypte.

Carte de localisation de Kerem Shalom (Israël)

Un commando venu de Gaza

L'armée égyptienne n'est que très faiblement présente dans la péninsule désertique en raison de la démilitarisation de ce secteur prévue par les accords de paix israélo-égyptiens de 1979. "L'attentat a été commis par des éléments résidant dans le Sinaï et on suppose qu'ils avaient des liens avec des éléments de la bande de Gaza", a ajouté le général.

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak avait estimé dimanche soir que l'assaut soulignait "la nécessité pour les autorités égyptiennes d'agir fermement pour rétablir la sécurité et lutter contre le terrorisme dans le Sinaï".

L'ancien ambassadeur d'Israël en Egypte Yitzhak Levanon a pour sa part relevé sur la radio militaire que cette attaque avait "porté atteinte aux institutions égyptiennes, aussi bien au président Mohamed Morsi qu'à l'armée et qu'aux services de renseignements qui, au moment de l'attaque, discutaient avec des représentants de tribus bédouines du Sinaï des moyens d'améliorer la sécurité dans cette région".

Lire la suite
Israël Egypte Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants