1 min de lecture Assemblée nationale

Ukraine : "Les sanctions peuvent faire très mal à la Russie", selon Élisabeth Guigou

INVITÉE RTL - L'Union européenne "tient au respect de l'intégrité du territoire de l'Ukraine", a rappelé la présidente de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale, jeudi.

François Hollande, David Cameron et Angela Merkel réunis à Bruxelles pour un sommet sur l'Ukraine, le 6 mars 2014
François Hollande, David Cameron et Angela Merkel réunis à Bruxelles pour un sommet sur l'Ukraine, le 6 mars 2014 Crédit : AFP / YVES HERMAN
micro générique
La rédaction numérique de RTL

La Crimée peut-elle quitter l'Ukraine pour être rattachée à la Russie ? Selon Élisabeth Guigou, présidente de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale, cette possibilité, qui fera l'objet d'un référendum le 16 mars prochain, "ne peut être une solution qu'avec l'accord de Kiev".

Selon l'ancienne ministre de la Justice, "c'est à Kiev de décider" si la Crimée peut, ou non, se séparer de son territoire. "Nous tenons au respect de l'intégrité du territoire de l'Ukraine", a-t-elle ajouté

L'UE juge "illégal" le référendum en Crimée

L'Union européenne, elle, a exprimé son désaccord vis-à-vis de cette consultation populaire, qu'elle a qualifiée d'"illégale" car "contraire à la Constitution ukrainienne".

Les institutions sont en tout cas "inquiètes du risque d'escalade militaire" et "espèrent une sortie pacifique" de la crise qui frappe le pays depuis plusieurs semaines. "Tous les responsables sont soucieux d'éviter tout geste qui pourrait apparaître comme une provocation", explique Élisabeth Guigou.

Vers des sanctions économiques ?

À lire aussi
Un rayon jambon dans un supermarché de Nîmes (Illustration) Nutrition
Additifs : Bientôt une taxe sur la charcuterie ?

L'Union européenne a pris, ce jeudi 6 mars, des sanctions politiques contre la Russie. "D'autres types de sanctions, notamment économiques, sont étudiées (...). Elles peuvent faire très mal à la Russie", confirme la députée socialiste. Face à la présence de soldats russes en Crimée, les dirigeants européens ont décidé de suspendre les négociations sur les visas avec la Russie.

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a par ailleurs annoncé que les dirigeants européens s'étaient accordés sur une stratégie progressive de sanctions, en trois étapes, pour contraindre la Russie à "négocier" une sortie de crise en Ukraine.

>
Ukraine : "La Crimée ne peut être rattachée à la Russie que si Kiev est d'accord", selon Elisabeth Guigou Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Crimée Kiev
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants