2 min de lecture Crise ukrainienne

Ukraine : "Face à Poutine, il faut reprendre l'initiative", dit Olivier Mazerolle

REPLAY / ÉDITO - La crise ukrainienne s'intensifie. "Il est temps de passer à l'action pour les pays occidentaux, et pas seulement dans les allées du G20", estime le journaliste.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Ukraine : "Face à Poutine, il faut reprendre l'initiative", dit Olivier Mazerolle Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Des soldats et du matériel de guerre russes affluent toujours dans l'est de l'Ukraine. En Crimée, Vladimir Poutine a permis l'installation de missiles capables de porter des ogives nucléaires. Dans ce contexte, François Hollande a repoussé à plus tard sa décision sur la livraison des deux navires de guerre Mistral à la Russie.

"Livrer aujourd'hui ses navires à la Russie serait une preuve de faiblesse ; y renoncer définitivement donnerait à la France la réputation d'un partenaire peu fiable et pourrait menacer la réalisation de marchés importants", décrypte Olivier Mazerolle. Mais pour le journaliste, "gagner du temps ne doit pas signifier de rester inactif".

De nouvelles sanctions contre Moscou ? "Cela ne servirait pas à grand chose", poursuit-il. "Pour affaiblir un adversaire, on n'est pas obligé de choisir des armes qui renforcent sa popularité", lâche-t-il. Il rappelle que nous sommes en Russie : Vladimir Poutine s'appuie sur le mouvement slavophile, qui combat tout ce qui vient de l'Occident, pour préserver l'identité et la grandeur russes.

Vladimir Poutine s'appuie sur le mouvement slavophile, qui combat tout ce qui vient de l'Occident

Olivier Mazerolle
Partager la citation

Poutine ment contre l'évidence quand il dit qu'il n'y a pas de militaires russes en Ukraine ? "Vous voulez que je vous dise qu'il est grossier, brutal, pas du tout démocrate, que Gorbatchev c'était bien mieux ?", interroge narquoisement Olivier Mazerolle. "Il y a un hic : si nous aimons Gorbatchev, les Russes le détestent. Il incarne la disparition de la puissance soviétique dont ils ont la nostalgie".

À lire aussi
Les débris du vol MH17 de Malaysia Airlines qui s'est écrasé en Ukraine, le 19 juillet 2014. crash vol MH17
Le missile qui abattu le vol MH17 provenait d'une unité militaire russe

Avant de comparer à Poutine à qui que ce soit, il faudrait se demander jusqu'où nous sommes prêts à aller. Est-on prêt aujourd'hui à mourir pour l'Ukraine et la Crimée ? "Pas sûr, et Poutine le sait. Comme il sait que l'on a besoin de lui pour le gaz et le règlement du nucléaire iranien", ajoute le journaliste. "Il n'a pas peur de nous".

Faut-il alors se coucher ? "Non, il faut reprendre l'initiative, élaborer enfin et présenter un plan de coopération stratégique avec la Russie, pour une action commune en faveur du développement économique d'une Ukraine neutre sur le plan international et capable de laisser une large autonomie aux régions qui la composent", souhaite Olivier Mazerolle. Première initiative : Français, Allemands et Polonais doivent aller à Moscou pour parler fermement à Poutine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise ukrainienne Vladimir Poutine Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants