2 min de lecture Sénat

Ukraine : des parlementaires français rencontrent Vladimir Poutine

Le président du Sénat ainsi que deux autres sénateurs français ont rencontré Vladimir Poutine pour évoquer la crise avec l'Ukraine.

Gérard Larcher (3ème en partant de la gauche) s'entretient avec Vladimir Poutine à Moscou, le 26 février 2015.
Gérard Larcher (3ème en partant de la gauche) s'entretient avec Vladimir Poutine à Moscou, le 26 février 2015. Crédit : ALEXEY DRUZHININ / RIA NOVOSTI / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

Gérard Larcher s'est entretenu durant une heure avec Vladimir Poutine à Moscou jeudi 26 février, dans sa résidence de Novo-Ogarevo, comme le rapporte Le Monde. Il était accompagné de deux autre sénateurs français : Gérard Longuet (UMP) et Jean-Yves Leconte (PS).

Le président (UMP) du Sénat français souhaite étendre le format "Normandie" - ainsi nommé, car la première rencontre des quatre dirigeants eut lieu à Bénouville le 6 juin 2014, en marge des commémorations du Débarquement en Normandie –, qui associe les chefs d’Etat français, ukrainien, russe et la chancelière allemande pour tenter de trouver un règlement au conflit en Ukraine, aux Parlements de ces quatre pays.

A charge, pour ces derniers, de préparer "des propositions d’accompagnement politique" dans le cadre de l’accord de Minsk parrainé par François Hollande, Petro Porochenko, Vladimir Poutine et Angela Merkel dans la capitale biélorusse, le 12 février. "La suite, ce sera jeudi prochain, puisque je vais me rendre en Allemagne rencontrer mon homologue, a précisé M. Larcher devant la presse française. C’est un processus pour lequel il faut aller vite."

Je suis solidaire des sanctions européennes et il n’y a pas, à travers ma voix, de discordance avec la position de la France

Gérard Larcher
Partager la citation

Cet « accompagnement politique » repose sur un objectif délicat : convaincre Kiev de la nécessité d’une
"décentralisation profonde" impliquant, de fait, une réforme de la Constitution ukrainienne dans le but d’accorder une autonomie dans les régions de l’Est dominées par les séparatistes prorusses. Une façon de reconnaître l’influence russe dans cette partie de l’Ukraine, tout en faisant barrage à la notion de « fédéralisation » du pays soutenue par Moscou. 

À lire aussi
crise ukrainienne
Guerre en Ukraine : pourquoi la tension monte à nouveau avec la Russie

"C’est dans le texte de Minsk et le président Poutine me l’a dit texto : je me suis rangé à la proposition de Mme Merkel et de M. Hollande", assure M. Larcher.

Larcher ne condamne pas le déplacement de parlementaires en Syrie

Gérard Larcher n’exclut pas, dans sa démarche, la participation d’autres Assemblées, dont le Parlement européen. "Les choses sont claires, prévient-il. J’ai bien noté une forme interprétative des médias russes, mais je me situe dans la lettre, l’esprit et la dynamique des accords de Minsk. Je suis solidaire des sanctions européennes et il n’y a pas, à travers ma voix, de discordance avec la position de la France."  

Une précision qui sera entendue après le voyage controversé de quatre parlementaires français à Damas que M. Larcher, dont c’était le premier déplacement "hors Union européenne, depuis octobre", a cependant refusé de condamner : "Cela fait partie de la liberté des parlementaires." A Moscou, l’ambassadeur de France, Jean-Maurice Ripert, a accompagné de bout en bout la délégation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sénat Gérard Larcher Russie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants