1 min de lecture Uber

Uber : des salariés accusés d'espionner des clients en temps réel

Des manquements en matière de sécurité ont permis à des employés de la firme d'espionner des clients de façon très précise.

L'application Uber en France (illustration).
L'application Uber en France (illustration). Crédit : THOMAS OLIVA / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Cela pourrait aisément faire partie du scénario d'une série d'anticipation telle que Black Mirror. D'après des informations révélées dans une déposition devant la justice californienne, des employés d'Uber ont profité de manques en matière de sécurité pour espionner en temps réel des trajets effectués par des clients. Des personnalités politiques de haut rang et des célébrités comme Beyoncé ont ainsi été pistées, selon les allégations de Samuel Ward Spangeberg, ancien enquêteur juridique de la compagnie de VTC. Les déplacements d'anciens petits amis ou ex-épouses ont également été pistés, d'après lui. Ces informations ont été confirmées auprès du site Reveal par cinq anciens employés de la sécurité chez Uber.

"Je me suis plaint qu'Uber ne tenait pas compte de la protection des données. [...] Le manque de sécurité autorisait tous les employés (pas seulement l'équipe de sécurité) à avoir accès à ces informations", a affirmé Samuel Ward Spangeberg, risquant d'être poursuivi pour parjure en cas de mensonge. L'homme indique également avoir fait part de ses remarques au sein de l'entreprise, lorsqu'il en était un salarié.

Ces révélations font écho à une information parue dans la presse en 2014, faisant état de l'existence d'un mode "God View" permettant de suivre précisément les parcours des voitures Uber au sein d'une ville. Cela comprend également le détail des trajets et les données sur le client embarqué. En réaction, Uber avait publié un communiqué rappelant qu'il interdisait très clairement aux employés d'accéder à de telles informations. Selon Reveal, la firme assure par ailleurs avoir renvoyé "moins de dix" salariés pour des accès de données non autorisés.

Ces accusations interviennent quelques jours après une nouvelle controversée en matière de protection de la vie privée. La société peut désormais recueillir les données de localisation y compris lorsque son application n'est pas ouverte ou que client ne se trouve pas en déplacement dans une voiture Uber.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Uber États-Unis Connecté
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants