1 min de lecture Turquie

Turquie : Facebook censure des caricatures sous la pression de la justice

La "BBC" a dévoilé que Facebook n'aurait pas résisté aux menaces de la justice turque qui voulait faire fermer des pages contenant des caricatures de Mahomet.

Photo prise dans le Data Center de Facebook, le 7 novembre 2013, à Luléa, en Suède.
Photo prise dans le Data Center de Facebook, le 7 novembre 2013, à Luléa, en Suède.
James Abbott
James Abbott

Peu après l'attentat qui a fait douze morts dans les locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, Mark Zuckerberg, patron de Facebook, avait déclaré "Je suis Charlie". Mais la compagnie américaine a accepté, selon la BBC, de censurer des images représentant le prophète Mahomet, contrastant fortement avec le discours pro-liberté d'expression de son patron.

"Facebook a toujours été un endroit où on peut exprimer librement ses opinions et ses idées (...). Je suis dédié à la construction d'un service où on peut discuter librement sans crainte de violence", avait notamment déclaré le patron emblématique de la firme.

L'Inde, la Turquie et le Pakistan les plus concernés par la censure

Les tribunaux turcs avaient menacé Facebook de fermeture dans son pays, qui comprend 40 millions d'utilisateurs, si les pages contenant des "insultes" à l'image du prophète Mahomet n'étaient pas interdites. Facebook a donc semble-t-il accepté et n'en est pas à son premier cas de censure compliqué. La question du degré de censure à appliquer pose problème, et varie en fonction du droit local des pays. L'Inde, le Pakistan et la Turquie constituent la majorité des pays concernés par la suspension de contenus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Turquie Internet Facebook
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants