1 min de lecture International

Turquie : Erdogan soupçonné de propos antisémites

Recep Tayyip Erdogan, chef du gouvernement turc, s'en serait pris à un manifestant en le qualifiant de "sperme d'Israël".

Le chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting de son parti, le 13 mai 2014 à Ankara
Le chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting de son parti, le 13 mai 2014 à Ankara Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Des médias turcs rapportent que le Premier ministre islamo-conservateur Erdogan aurait tenu des propos antisémites en s'en prenant physiquement à un contestataire, mercredi, sur les lieux d'un accident minier

"Où vas-tu espèce de sperme d'Israël", lance Recep Tayyip Erdogan dans une vidéo publiée sur le site internet des journaux d'opposition, dont Sözcü, lorsqu'un manifestant le critique apparemment pour sa gestion de la catastrophe qui a tué près de 300 personnes dans une mine de charbon dans à Soma, dans l'ouest du pays.

Une gifle ?

Selon les images, le chef du gouvernement, entouré de nombreux gardes du corps, entre dans une supérette de Soma, non loin de la mine, à la porte de laquelle il s'acharne les bras tendus contre une personne non identifiée. Il n'est pas clair si Erdogan gifle ou frappe le manifestant, comme l'affirment ses détracteurs.

Le porte-parole de son parti, l'AKP, Hüseyin Celik, a démenti devant la presse une telle attaque tout en évitant de répondre en détail aux questions insistantes des journalistes. "Il n'y a pas d'images sur une gifle", a-t-il affirmé, démentant que le Premier ministre ait frappé quelqu'un.

Violences de la part d'un conseiller

À lire aussi
Donald Trump, le 18 mai 2019 États-Unis
Coronavirus: Donald Trump interdit les voyageurs en provenance du Brésil

En revanche, le porte-parole a admis qu'un conseiller d'Erdogan, pris en photo, avait donné des coup de pied à un manifestant au sol à Soma, mais soutenu la thèse de la "légitime-défense".

L'assistant, Yusuf Yerkel, avait été attaqué par cet homme et a obtenu un "arrêt maladie de sept jours pour ses blessures", selon la version des faits défendue par le gouvernement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Turquie Recep Tayyip Erdogan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants