1 min de lecture Tunisie

Tunisie : "l'ingérence" de la France dénoncée par les pro-Ennahda

Le parti islamiste Ennahda au pouvoir en Tunisie était en proie à une crise ouverte avec la menace hier du Premier ministre Hamadi Jebali de démissionner à défaut de pouvoir former un gouvernement apolitique après l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd. Cette annonce est survenue au moment où plus de 3.000 personnes manifestaient à Tunis à l'appel d'Ennahda pour désavouer M. Jebali, numéro deux du parti, qui avait exprimé dès mercredi, jour du meurtre, son souhait d'un tel cabinet refusé par la direction du parti.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"fascisme islamiste"

La manifestation a vilipendé aussi "l'ingérence" de la France après les propos du ministre de l'Intérieur Manuel Valls qui a dénoncé un "fascisme islamiste" en commentant l'assassinat de l'opposant dont les proches ont pointé du doigt Ennahda.

Ces développements risquent d'enfoncer encore plus le pays dans la crise, Ennahda ne parvenant pas depuis des mois à s'accorder avec ses alliés laïcs, dont le président Moncef Marzouki, sur un remaniement gouvernemental, et l'insécurité et les conflits sociaux se multipliant.

"Je présenterai l'équipe au plus tard au milieu de la semaine prochaine. Si elle est acceptée je continuerai à assumer mes fonctions, à défaut, je demanderai au président de chercher un autre candidat pour former un nouveau cabinet", a dit M. Jebali à des médias tunisiens.

Le Premier ministre qui évoque pour la première fois sa démission, a souligné que son initiative visait à empêcher que le pays "bascule dans le chaos et l'irrationnel." 

 (Avec AFP)
    Crise politique en Tunisie

Lire la suite
Tunisie Infographie Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7758017227
Tunisie : "l'ingérence" de la France dénoncée par les pro-Ennahda
Tunisie : "l'ingérence" de la France dénoncée par les pro-Ennahda
Le parti islamiste Ennahda au pouvoir en Tunisie était en proie à une crise ouverte avec la menace hier du Premier ministre Hamadi Jebali de démissionner à défaut de pouvoir former un gouvernement apolitique après l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd. Cette annonce est survenue au moment où plus de 3.000 personnes manifestaient à Tunis à l'appel d'Ennahda pour désavouer M. Jebali, numéro deux du parti, qui avait exprimé dès mercredi, jour du meurtre, son souhait d'un tel cabinet refusé par la direction du parti.
https://www.rtl.fr/actu/international/tunisie-l-ingerence-de-la-france-denoncee-par-les-pro-ennahda-7758017227
2013-02-10 10:21:00