1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Tirs dans un Thalys : la directrice dément les accusations de Jean-Hugues Anglade
2 min de lecture

Tirs dans un Thalys : la directrice dément les accusations de Jean-Hugues Anglade

L'acteur, présent dans le Thalys au moment de l'attaque d'un homme armé vendredi soir, a affirmé que le personnel de bord aurait refusé d'aider les passagers.

La directrice générale du Thalys soutient son personnel
La directrice générale du Thalys soutient son personnel
Crédit : REMKO DE WAAL / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Ce sont de graves accusations qu'a formulées l'acteur au lendemain de l'attaque. Accusations auxquelles la directrice de Thalys, Agnès Ogier, a donné une réponse n'allant pas dans le même sens. D'après les récits des agents du train, ces derniers ne se seraient pas cachés seuls sans porter assistance aux passagers.

Agnès Ogier affirme "qu'un agent a senti une balle le frôler. Il est parti, avec cinq ou six voyageurs, se réfugier dans le fourgon", un espace en bout de rame, dans lequel peuvent être rangés des bagages, et qui s'ouvre avec une clé spéciale. Là où Jean-Hugues Anglade racontait "tout à coup, des membres du personnel navigant ont couru dans le couloir, le dos courbé. Leurs visages étaient blêmes. Ils se dirigeaient vers la motrice, leur wagon de travail. Ils l'ont ouvert avec une clef spéciale, puis se sont enfermés à l'intérieur".

L'acteur a poursuivi son récit soutenant que lui et d'autres personnes avaient tenté de rejoindre les agents à l'intérieur du fourgon. "Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice. Nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions 'Ouvrez !' On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne nous a répondu. Silence radio". L'acteur, qui voyageait avec ses deux enfants, a de son côté déclenché le signal d'alarme du train, se blessant légèrement à la main en brisant la vitre.

Les agents ont tiré l'alarme et averti le conducteur

La directrice explique que le train manager, nom donné au personnel naviguant chez Thalys, "a tiré le signal d'alarme qui se trouve dans le fourgon (...). Puis, lorsque le train s'est arrêté, il est sorti pour aller alerter la rame de tête et le conducteur". L'attaque s'est déroulée en queue de train, dans un Thalys qui comptait deux rames. Deux agents, sous contrat avec la SNCF ou son homologue belge la SNCB, sont présents à bord de chaque rame. Pendant ce temps, le second agent alertait également le conducteur, via le téléphone du train.

À écouter aussi

Le personnel ne se serait pas contenté de cacher des passagers mais aurait ensuite pris soin d'eux. Agnès Ogier ajoute que lorsque le train s'est arrêté, l'agresseur avait été maîtrisé par des passagers. Il a alors redémarré, et a été dérouté vers Arras, où l'homme a été interpellé. "Le deuxième train manager a fait le tour de la rame pour aller voir les passagers".

Un homme a ouvert le feu aux alentours de 18 heures à bord d'un Thalys reliant Amsterdam à Paris, vendredi 21 août, faisant deux blessés. Il a été maîtrisé par des militaires américains présents dans le train et un passager français.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/