2 min de lecture Syrie

Syrie : une réunion internationale s'achève sans avancées concrètes

Les pourparlers sur la Syrie, réunissant Washington, Moscou et les principaux pays de la région impliqués dans le conflit, se sont achevés samedi 15 octobre dans la soirée à Lausanne.

Un homme pleure en sortant des décombres après un bombardement en Syrie le 18 juillet 2016 dans la province d'Alep (illustration)
Un homme pleure en sortant des décombres après un bombardement en Syrie le 18 juillet 2016 dans la province d'Alep (illustration) Crédit : THAER MOHAMMED / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Des pourparlers sur la Syrie réunissant Washington, Moscou et les principaux pays de la région impliqués dans le conflit se sont achevés samedi 15 octobre dans la soirée à Lausanne sans avancées concrètes, alors que la guerre se poursuivait sans relâche. Les participants à la réunion, la moitié soutenant le régime de Damas et l'autre la rébellion syrienne, se sont séparés après un peu plus de quatre heures de discussions dans un palace cinq étoiles, et sont convenus de "prolonger les contacts", selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov cité par les agences de presse russes. "Nous avons dit clairement qu'il faut au plus vite commencer le processus politique", en Syrie, a-t-il ajouté.

Son homologue américain John Kerry a lui indiqué que "des idées nouvelles" avaient été échangées au cours de la réunion. Il a cependant mentionné "la tension" et des "échanges directs mais sans rancœur". Les autres participants, Turquie, Qatar, et Arabie Saoudite (soutenant la rébellion), et Irak, Egypte et Iran, grand allié du régime de Damas, n'ont pas fait de déclarations. Cette réunion d'un format nouveau (les Européens n'avaient pas été conviés), avait été précédée d'un tête-à-tête entre John Kerry et Sergueï Lavrov, qui ne s'étaient pas revus depuis le début de l'offensive russo-syrienne lancée il y a trois semaines sur Alep (nord).

Alep sous un déluge de feu

Cette ville stratégique, dont la chute aux mains du régime syrien constituerait un véritable tournant dans la guerre, est soumise depuis le 22 septembre à un déluge de feu par les forces loyalistes et leur allié russe. Les quartiers Est d'Alep, sous contrôle rebelle, ont d'ailleurs de nouveau été la cible de raids intensifs samedi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Sur un autre front, des combattants de l'opposition syrienne soutenus par la Turquie  progressaient samedi vers la ville de Dabiq située entre Alep et la frontière turque, pour la reprendre aux jihadistes du groupe État islamique (EI), a annoncé le président turc Recep Tayyip Erdogan.

La Turquie a lancé le 24 août une offensive sans précédent en Syrie, baptisée "Bouclier de l'Euphrate", pour chasser des frontière les jihadistes de l'EI mais aussi les rebelles kurdes syriens des Unités de protection du peuple kurde, les YPG.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Proche-orient Guerre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants