1 min de lecture Syrie

Syrie : un cessez-le-feu annoncé par Washington et Moscou

Les États-Unis et la Russie demandent au régime et à l'opposition de valider cette trêve. Elle doit démarrer dans la nuit de vendredi à samedi.

Vladimir Poutine et Barack Obama à un sommet G20 à Saint-Pétersbourg, le 5 septembre 2013
Vladimir Poutine et Barack Obama à un sommet G20 à Saint-Pétersbourg, le 5 septembre 2013 Crédit : AFP PHOTO/G20RUSSIA
Nicolas Ledain et AFP

Cette annonce faite dans un communiqué conjoint lundi 22 février tente de réussir là où les négociations de Munich ont échoué il y a quelques jours. À l'époque, les représentants de Barack Obama et de Vladimir Poutine avaient exprimé la nécessite de stopper les affrontements entre les forces rebelles et l'armée de Bachar al-Assad. Seulement depuis, la situation semblait toujours aussi tendue sur le terrain alors que l'urgence humanitaire ne s'arrange pas à la frontière turque où des milliers d'habitants de la région d'Alep affluent pour échapper aux bombardements.

Washington et Moscou ont donc annoncé ce cessez-le-feu en Syrie mais il doit encore être validé par le régime et l'opposition avant vendredi prochain pour entrer en vigueur dans la nuit suivante. C'est Vladimir Poutine qui a pris la peine d'appeler la Maison-Blanche pour proposer cette résolution. Barack Obama a insisté sur la nécessite de rassembler les forces dans la lutte contre l'État islamique. Moscou a été à plusieurs reprises accusé d'attaquer plus les positions rebelles que les groupes terroristes. Le président russe a d'ailleurs annoncé à la télévision qu'il allait tout faire pour que son allié de Damas accepte cette proposition et demande à Washington de faire de même avec les rebelles.
 
Le secrétaire général des Nations unies a salué ce projet américano-russe comme un "signe d'espoir pour la population syrienne". Ban Ki-moon a aussi "exhorté les parties prenantes à respecter" cette trêve, ajoutant qu'il "reste beaucoup de travail à faire pour l'appliquer". Les groupes terroristes Al-Nosra et Daech ne sont pas concernés par ce cessez-le-feu. L'État islamique a d'ailleurs revendiqué une vague d'attentats ce weekend à Homs et Damas. Selon un dernier bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, on déplore 134 morts dans ces deux villes, dont 97 civils.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Russie États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants