2 min de lecture Russie

Syrie : "Les frappes françaises sont bienvenues", dit l'ambassadeur de Russie

REPLAY - INVITÉ RTL - Alexandre Orlov estime qu'il faudra "sans doute faire la guerre sur le terrain" contre l'État islamique mais avec l'aide de Bachar Al-Assad et de son armée régulière.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Syrie : "Les frappes françaises sont bienvenues", dit l'ambassadeur de Russie Crédit Image : Paul Guyonnet / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle et Julien Absalon

Vladimir Poutine, qui va rencontrer Barack Obama pour la première fois depuis deux ans, s'apprête à dévoiler son plan pour la Syrie et contre l'État islamique, lundi 28 septembre. Le président russe va prononcer à New York un discours attendu en marge de l'Assemblée nationale de l'ONU. "Je n'exclus pas que la Russie s'engage militairement dans le cadre d'une large coalition et sous mandat des Nations unies", a commenté Alexandre Orlov, l'ambassadeur russe en France, au micro de RTL.

Au lendemain de l'annonce des premières frappes aériennes françaises en Syrie, le diplomate estime que ces opérations sont "bienvenues" et dit saluer "l'engagement de la France dans la lutte contre Daesh". Il assure d'ailleurs que "la France est invitée" dans la coalition internationale, au même titre que le régime syrien, pour faire tomber l'État islamique. "Nous pensons qu'il faut soutenir toutes les forces qui se battent contre Daesh. (...) La coalition que nous préconisons est très large, avec tous les pays de la région. Pas uniquement avec Bachar Al-Assad mais avec l'Arabie Saoudite, l'Iran, la Jordanie et tous les acteurs concernés par l'affaire de l'État islamique", a poursuivi Alexandre Orlov.

Il faut sans doute faire la guerre au sol sur le terrain

Alexandre Orlov
Partager la citation

Constatant que le "discours de la France est un peu plus nuancé" vis-à-vis de Bachar Al-Assad et que la politique américaine de frappes aériennes ne livre pas les résultats escomptés depuis un an, l'ambassadeur de Russie affirme qu'il y a "des priorités à faire". "Il faut sans doute faire la guerre au sol sur le terrain. Qui peut la faire ? L'armée syrienne, irakienne et un peu les Kurdes. Il n'y a pas d'autres forces en présence. De ce point de vue, il faut renforcer ceux qui se battent. L'essentiel c'est quand même l'armée régulière syrienne. Sinon, ça sera à notre de tour de se battre sur le terrain. (...) Il faut sauver ce qu'on peut sauver : la Syrie, qui est menacée", estime le représentant de Moscou.

La Russie se présente ainsi comme un rassembleur capable de résoudre ce conflit majeur. "Vladimir Poutine peut apporter la paix. (...) Je pense que la Russie veut s'engager avec la communauté internationale en Syrie, elle se battra non seulement pour elle mais pour nous tous. Si on n'arrête pas l'État islamique en Syrie, il va se propager ailleurs".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Russie Syrie Bachar al-Assad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants