2 min de lecture Proche-orient

Syrie : l'État islamique détruit la prison de Palmyre

La prison de Palmyre, détruite par l'EI ce samedi, est l'un des symboles de la répression syrienne depuis les trois décennies.

L'entrée de la prison de Palmyre, en Syrie.
L'entrée de la prison de Palmyre, en Syrie. Crédit : WELAYAT HOMS / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Après avoir pris le contrôle de la cité antique de Palmyre en Syrie il y a une dizaine de jours, l'État islamique a commencé à détruire certains monuments symboliques. Après la destruction de statues de dieux vendredi, le groupe jihadiste a fait exploser ce samedi 30 mai la prison rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Symbole de la répression du régime syrien depuis le début des années 1980, cette prison située en plein désert dont le seul nom terrorisait la population a "été détruite en grande partie après que l'EI eut planté des bombes à l'intérieur et dans ses environs", selon l'ONG. Des sympathisants de l'EI ont diffusé sur Twitter plusieurs photos de la destruction présumée de la prison, avec des images d'explosion et de bâtiments détruits.

La prison de Palmyre est un témoin des crimes du siècle

Un militant EI sur Twitter
Partager la citation

"L'EI efface une preuve de la criminalité du clan des Assad en faisant exploser la célèbre prison de Palmyre", a tweeté Mohammad Sarmini, un membre de l'opposition syrienne en exil. "La prison de Palmyre est un témoin des crimes du siècle", commente un militant sur Twitter, tandis que d'autres affirmaient qu'il fallait préserver ce "symbole de la terreur des Assad" avec tout ce qu'il comprenait comme d'éventuelles preuves des atrocités qui y ont été commises.

À lire aussi
Oussama Ben Laden
Al-Qaïda : 10 ans après la mort de Ben Laden, qu’est devenue l’organisation terroriste ?

La prison de Palmyre est tristement célèbre pour le massacre de centaines de détenus par le régime dans les années 80, au temps de Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar al-Assad. Des prisonniers politiques y ont croupi et été torturés pendant de longues années, avant que le régime n'y envoie surtout des insoumis et des déserteurs avec le début de la révolte de 2011.

Avant la chute de Palmyre aux mains de l'EI, le régime a transféré les détenus vers d'autres prisons en Syrie, selon l'OSDH. Avant de faire exploser l'établissement pénitencier, l'EI avait diffusé une vidéo montrant des images inédites des geôles, notamment les cellules individuelles où à peine la lumière du jour filtrait.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Proche-orient Syrie Daesh
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants