2 min de lecture Bachar al-Assad

Syrie : des armes chimiques utilisées à 4 reprises selon l'ONU

La Commission d'enquête de l'Onu en Syrie affirme que des agents chimiques aurait été utilisés au moins à quatre occasions entre mars et avril.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La Commission d'enquête estime qu'"il y a des motifs raisonnables de penser que des quantités limitées d'agents chimiques ont été utilisées". Les enquêteurs font état de 4 événements (à Khan Al-Assal près d'Alep le 19 mars ; à Uteibah près de Damas le 19 mars ; dans le quartier de Cheikh Maqsoud à Alep 13 avril et dans la ville de Saraqeb le 29 avril).

Lors de ces affrontements ces agents auraient été utilisés, mais leurs enquêtes n'ont pour l'instant "pas permis d'identifier la nature de ces agents chimiques, les systèmes d'armes employées ni qui les a utilisés". Ils examinent aussi d'autres incidents, certains plus récents. Le rapport couvre la période allant du 15 janvier au 15 mai.

Les témoignages se succèdent

"Nous avons des interviews de victimes, de réfugiés et de personnel médical", a expliqué le président de la Commission, le Brésilien Paulo Pinheiro. Il a par ailleurs indiqué s'être rendu à Paris la semaine dernière pour demander aux autorités françaises qu'elles transmettent à la Commission les résultats des analyses des échantillons rapportés de Syrie par les journalistes du Monde.

Les crimes de guerre et crimes contre l'humanité sont devenus une réalité quotidienne en Syrie.

La Commission d'enquête de l'ONU en Syrie
Partager la citation

La Commission, tout comme quelques ambassadeurs dont ceux de l'Union européenne et du Brésil, a demandé mardi au gouvernement syrien d'autoriser la commission d'enquête sur les armes chimiques mise en place par le Secrétaire général de l'ONU à se rendre sur place. La Syrie a rejeté le rapport des enquêteurs le jugeant déséquilibré, tandis que l'ambassadeur russe devant l'ONU a assuré que la Syrie était toujours disposée à ce que les inspecteurs viennent à Khan Al-Assal.

À lire aussi
Des rebelles syriens le 27 février 2020 à Saraqib dans la province d'Idleb, en Syrie. guerre
Syrie : les combats font toujours rage à Idleb, plus de 900.000 déplacés

Pour la magistrate suisse Carla del Ponte, membre de la Commission d'enquête, "il ne faut pas faire de ces épisodes une histoire plus grande que ce qu'elle est", en comparaison avec le nombre global de victimes du conflit. La Commission souligne que "crimes de guerre et crimes contre l'humanité sont devenus une réalité quotidienne en Syrie", citant notamment l'usage d'armes chimiques, des massacres et l'usage de la torture.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bachar al-Assad ONU Armes chimiques
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants