2 min de lecture Syrie

Syrie : au moins 28 morts après un raid aérien sur un camp de réfugiés

Le camp de réfugiés a été visé quelques heures seulement après le début d'une trêve entre les forces de Bachar al-Assad et les rebelles.

Des enfants kurdes syriens réfugiés dans le camp de Suruç en Turquie, le 30 janvier 2015 (illustration).
Des enfants kurdes syriens réfugiés dans le camp de Suruç en Turquie, le 30 janvier 2015 (illustration). Crédit : AFP / BULENT KILIC
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Au moins 28 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués et une cinquantaine blessés le 5 mai dans des raids aériens contre un camp de déplacés dans le nord-ouest de la Syrie, près de la frontière turque, a indiqué une ONG. Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, a affirmé que les raids avaient ciblé le camp près de la localité de Sarmada dans le nord de la province d'Idleb, contrôlée en majorité par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et ses alliés rebelles. Toutes les victimes seraient des civils. Difficile de savoir qui est derrière ce drame alors que le ciel syrien est encombré par les appareils du régime, ceux de la Russie et ceux de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

Mamoun al-Khatib, directeur de l'agence de presse locale pro-rebelle Shahba press, basée à Alep, accuse le régime de Bachar al-Assad d'avoir mené ces raids. "Deux avions du régime ont tiré quatre missiles sur le camp situé dans le village d'Al-Kammouna. Deux missiles sont tombés tout près du camp provoquant un mouvement de panique et deux autres à l'intérieur où une dizaine de tentes ont pris feu", a-t-il dit. Des images diffusées par des militants sur les réseaux sociaux montrent des secouristes éteindre les flammes dévorant les tentes de couleur bleu et blanc.

Des milliers de civils ont fui ces dernières semaines les combats dans la province septentrionale d'Alep entre rebelles, djihadistes, régime et forces kurdes. Ils se sont installés dans des secteurs bordant la frontière de la Turquie qui a refusé jusque-là de les laisser passer. Plusieurs camps de déplacés abritant des dizaines de milliers de personnes ont été établis dans les régions nord du pays près de la frontière turque notamment dans les provinces d'Alep et d'Idleb.

Ce bombardement pourrait bien interrompre brutalement la trêve négociée par Washington et Moscou et acceptée par le régime syrien et les forces rebelles, qui avait pourtant débuté à peine quelques heures plus tôt. Le dernier cessez-le-feu, le 27 février dernier, avait volé en éclats après la reprise des hostilités dans la ville d'Alep entraînant la mort de 285 personnes dont 57 enfants depuis le 22 avril.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Réfugiés Mort
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants